La guerre commerciale entre les USA et la Chine impactera fortement le réseau européen

Le déploiement de la 5G européenne sera mis à mal par l'affaiblissement de Huawei par les autorités américaines, alors que les smartphones de la marque chinoise devront se passer d'Android et de Facebook.

© Belga

C’est à un nouveau type de guerre que nous assistons. Et elle est technologique. Soupçonnant Huawei de travailler à la solde du gouvernement de Xi-Jinping, Donald Trump a décrété en mai dernier que les entreprises américaines ne pouvaient plus vendre d’équipements de pointe aux opérateurs chinois. Une potentielle catastrophe pour Huawei, tributaire de plusieurs produits américains pour le fonctionnement de ses appareils.

Mais la décision du président ricain aura également des implications sur le continent européen car le déploiement tant attendu de la 5G est fortement compromis par le bordel qui règne autour d’Huawei. Le groupe chinois détient 28% des équipements télécoms en Europe. Si l’on ajoute son compatriote ZTE, on atteint 38%. Les spécialistes estiment que Huawei compte un an à 18 mois d’avance en matière de développement de la 5G sur Nokia et Ericsson, ses concurrents qui pèsent chacun 25% du marché. Jusqu’ici, les pays européens restent indécis quant au recours ou non aux équipements d’Huawei.

Le monde de demain

La 5G est censée soutenir les quelque 20 milliards d’objets connectés que comptera notre planète en 2020. Elle doit permettre une meilleure durée de vie des batteries, un débit plus rapide et la réduction du temps de latence, ouvrant de nouvelles perspectives en termes de connectivité et l’émergence de voitures autonomes, de la chirurgie à distance, d’une domotique repensée… et des villes intelligentes.

C’est dire si le retard que prend la 5G à cause de la guerre commerciale sino-américaine coutera cher aux opérateurs européens. 55 milliards selon un rapport de l’Association mondiale des opérateurs (GSMA) relayé par l’AFP. La GSMA signale que « 60% des abonnés en Europe utilisent des réseaux d’opérateurs ayant signé des contrats 4G avec Huawei ». Autrement dit, il faudrait revoir toutes les infrastructures du réseau en cas de rupture de contrat avec les entreprises chinoises. D’où l’énorme retard et l’impressionnant surcout. La GSMA a aussi calculé les pertes de productivité si l’on devait se passer de la 5G : 45 milliards d’euros d’ici 2034, frappant particulièrement les secteurs industriels et financiers.

Des smartphones vides

Mais ce conflit s’insinuera jusque dans nos poches, puisque les sanctions qui touchent Huawei ont une incidence directe sur l’utilisation que nous ferons de ses smartphones. Il ne sera bientôt plus possible d’y pré-installer Facebook (ni donc Whatsapp et Instagram). On imagine qu’il existera bien un moyen de les télécharger, mais c’est un coup dur pour le groupe chinois qui avait jusqu’ici un accord avec Facebook pour que le géant américain place par défaut ses produits sur les téléphones d’Huawei.

Cela alors que Google a directement annoncé l’arrêt de sa collaboration avec Huawei, tout en essayant de défendre le constructeur chinois face aux autorités américaines. Selon Google, Huawei équipera ses téléphones d’un OS nettement moins bien sécurisé qu’Android et présenterait donc un risque pour les États-Unis.

Sur le même sujet
Plus d'actualité