Neymar accusé de viol : un scandale en trois temps

Le crack du foot brésilien est empêtré dans une sombre histoire de scandale sexuel. Et s'il est compliqué de déterminer le fondement de ces accusations, l'affaire met à mal la réputation du joueur, tout comme la relation que le Brésil entretient avec ses citoyennes.

©Belga

Ces derniers mois ont décidément été bien pénibles pour celui qui était appelé à devenir le meilleur joueur du monde. Des choix de carrière douteux, un comportement de diva, des arrangements fiscaux et une baisse de niveau avaient déjà entamé l’aura qu’il projetait, balle aux pieds, depuis ses débuts sur la pelouse brésilienne de Santos. Mais tout cela n’est rien comparé à la gravissime accusation dont il fait actuellement l’objet. Depuis une dizaine de jours, Neymar voit son image se fracasser sur l’autel du scandale sexuel, probablement le pire qui soit. Alors qu’il prépare, avec la Seleção, une Copa America qui devait le réconcilier avec les fanatiques supporters brésiliens, il va avoir du mal à se dépêtrer d’une affaire dont l’importance l’emporte largement sur celle du ballon.

La nuit

Le 15 mai dernier, dans un hôtel parisien, le joueur du PSG accueille dans sa chambre une jeune brésilienne, résultat d’un long flirt virtuel fait de messages et de photos explicites. Pressé de passer à l’acte, Neymar finance son voyage vers Paris et l’inonde d’un luxe permis par son impressionnant compte en banque. C’est là que cette fameuse nuit prend des tournures très différentes selon les versions. Pour le joueur brésilien, elle n’était qu’une histoire « entre un homme et une femme derrière quatre murs ». Pour elle, sous l’emprise de l’alcool, il est soudainement devenu agressif et l’a contrainte à un rapport sexuel non consenti. De retour au Brésil, elle a directement porté plainte contre la star pour viol.

La défense

S’il reste plutôt adroit avec un ballon malgré une carrière qui se délite, Neymar s’est montré extrêmement gauche lorsqu’il eut à se défendre. Pour tenter de justifier cette nuit parisienne devenue brésilienne, il n’a pas hésité à publier sur Instagram la totalité de leurs conversations épistolaires, qui comprenaient nombre de photos intimes de la jeune fille. Il pensait prouver sa bonne foi mais s’est évidemment fait reprendre de volée sur les réseaux sociaux et, surtout, par la justice qui attend son témoignage ce vendredi. Aux soupçons de viol s’ajoute donc le risque d’un à cinq ans de prison pour la divulgation de documents privés sans le consentement de la victime.

La confusion règne également du côté de la plaignante. On apprenait hier mardi que ses avocats l’avaient lâchée face aux contradictions qui gangrénaient ses déclarations. De consenti mais violent, l’acte sexuel est devenu forcé et s’est transformé en viol. Une évolution radicale qui a agacé le cabinet Fernandes e Abreu qui a décidé de rompre son contrat avec la jeune fille. Reste à savoir si cette décision a pu être motivé par un discret accord financier.

Doute raisonnable, large implication

Le Brésilien reste innocent jusqu’à preuve du contraire et est encore largement soutenu par ses fans et sa fédération, à quelques jours de l’ouverture de la Coupe d’Amérique du Sud. Il a directement affirmé être « tombé dans un piège » et bénéficie en réalité d’un doute raisonnable de par le milieu dans lequel cette affaire prend place. Jeunes, beaux et riches tout en étant cernés par les sacrifices, les footballeurs (voire les sportifs en général) sont régulièrement cités dans des scandales sexuels. Pas plus tard que l’an dernier, c’est l’idole de toute une génération, Cristiano Ronaldo, qui eut à se défendre d’un présumé viol commis à Las Vegas en 2009 (dont la plaignante a justement abandonné les poursuites ce mercredi).

Certains cas sont avérés, d’autres se révèlent la stratégie de femmes capitalisant au maximum sur leur rapport avec une personnalité du sport, prêtes à vendre les détails aux tabloïds ou à le porter devant les tribunaux sans raison. Un aspect qu’il faut avoir en tête lorsque l’on analyse l’affaire Neymar, qui ne sera probablement pas la dernière. Sans toutefois tomber dans l’extrême inverse, celui des supporters niant totalement la version d’une plaignante qui aurait présenté des hématomes sur plusieurs parties du corps et un syndrome post-traumatique.  » Son accusatrice a choisi la voie de la justice. Lui a décidé la jeter en pâture sur les réseaux sociaux. C’est irresponsable » a dénoncé la porte-parole d’un mouvement féministe brésilien.

Ça l’est d’autant plus que cette affaire dépasse largement le cadre du sport. Si les amateurs de foot s’interrogent sur la culpabilité d’un joueur qu’ils ont tous, au moins une fois, admiré pour son talent et sur sa capacité à se relever en cas de non-lieu, le scandale se joue au cœur d’un pays où le droit des femmes est chaque jour plus en danger depuis l’élection à la présidence de Jair Bolsonaro, partisan à peine voilé d’une société machiste et misogyne. Véritable affaire d’Etat au Brésil, il est probable que certains, ou certaines, n’en sortent pas indemnes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité