Un original de Tintin promet des enchères records

C'est une annonce qui fait s'agiter les tintinophiles du monde entier. Le premier dessin de couverture mettant en scène Tintin et Milou, créé en 1930 pour le journal "Le Vingtième Siècle", va être mis aux enchères à Dallas par Heritage Auctions.

7772239682_000-par7777206

L’illustration montre le héros occupé, sous le regard de Milou, à tailler au canif dans un tronc d’arbre une hélice de fortune pour son avion. Ce dessin à l’encre de Chine et à la gouache blanche est estimé autour d’1,5 millions d’euros. Un prix exceptionnel pour une pièce exceptionnelle : cet original est le seul lié à « Tintin au pays des Soviets » qui ne soit pas la possession de la Fondation Hergé.

Hergé. Heritage Auctions.

Mais comment déniche-t-on de telles pièces ? « Il y a une part de hasard et de méthode » Comme l’explique Eric Verhoest, l’un des deux experts Européens du géant américain des enchères Heritage « Le premier chemin, c’est que nous connaissons historiquement les grandes collections sur chacun de nos territoires, de fait nous savons quelles pièces existent. Le but, c’est effectivement essayer d’arriver au bon moment, d’être là quand les heureux possesseurs veulent s’en séparer ». La pièce qui occupe cette vente avait été identifiée assez largement par tous les experts qui cherchent des pièces pour leurs galeries ou pour les ventes aux enchères. « Pour l’obtenir, c’était une compétition entre quatre maisons.»

Pour dénicher un original de bande dessinée, la chance entre également en jeu. « Lors de la précédente vente, toujours pour Héritage, nous avions repéré une planche qu’Hergé avait offert à un collègue en Scandinavie au début des années 70. Elle était moins facilement repérée par les Français, les Hollandais et les Belges, parce que le possesseur habitait loin et n’était pas forcément un collectionneur de bandes dessinées européennes, donc ça sortait un peu des zones radars du marché. » Deux planches extraites de l’album « Coke en Stock » qui sont parties samedi aux enchères pour la coquette somme de 422.000 dollars (364.000 euros).

Des œuvres qui se vendent à prix d’or

Hergé détient la plupart des records de vente pour des originaux de bande dessinée. En octobre 2015, une double planche du « Sceptre d’Ottokar » avait été vendue pour 1,5 millions d’euros. Un an plus tôt, une autre double réalisée en 1937 à l’encre de Chine – présentant Tintin et Milou dans 34 situations différentes – a été cédée à Paris pour 2,519 millions d’euros. « Au niveau européen, en ce qui concerne les grands maîtres, Hergé, c’est la locomotive. Parmi les contemporains, c’est Enki Bilal. Ce sont les deux éclaireurs, ceux qui font monter les cotes. Ce sont deux auteurs pour lesquels les planches sont relativement rares. Bilal n’a pas fait 50 albums et Hergé, à priori, n’a jamais rien vendu de son vivant. »

Les planches qui sont sur le marché ont soit été offertes à des amis ou des connaissances, et qui sont ensuite vendues, ou alors il s’agit de dessins qui à une époque, n’ont pas été rendus à leur propriétaire. « Même si Hergé était quelqu’un de très méticuleux, sans doute l’homme le plus en avance de son temps en terme de conservation du patrimoine, il a pu oublier d’avoir prêté certaines planches. » De par sa rareté et le statut de son auteur, le prix de cette pièce risque de s’envoler. Il faut avoir la masse financière pour acquérir des pièces de ce niveau-là.

Pour Hergé, historiquement, les collectionneurs viennent du Benelux, de la France et de la Suisse. Il y a quelques exilés francophones aux États-Unis et à Hong-Kong. « Heritage Auctions cherche à s’implanter sur le territoire européen, c’est leur deuxième vente, mais c’est le leader absolu sur le marché anglo-saxon des originaux de bande dessinée. » Quand on sait que Spielberg a fait un film sur Tintin et que George Lucas a bien regardé ce qui se passait dans la bande dessinée européenne pour faire certains de ses blockbusters et qu’il prépare une fondation à Los Angeles sur tout ce qui est arts graphiques, on peut imaginer que ces derniers fassent partie de la liste des acquéreurs potentiels.

Sur le même sujet
Plus d'actualité