#allemaalvanbelang, le hashtag qui dénonce le racisme quotidien en Belgique

Sous le #allemaalvanbelang, des dizaines de témoignages de personnes victimes de racisme. Depuis les élections de dimanche, le hashtag est devenu viral.

©Belga Image

Mardi en fin d’après-midi, ils étaient plus de 4.000 à s’être rassemblés sur la Place du Luxembourg à Bruxelles pour crier qu’ils étaient « plus chauds, plus chauds que les fachos« . Deux jours après les élections et la victoire relative du Vlaams Belang, des milliers de citoyens ont décidé de descendre dans les rues pour manifester contre le fascisme. Mais il n’y a pas qu’en allant battre les pavés bruxellois que les citoyens expriment leur déception et leurs revendications.

©Belga Image

Depuis les élections de dimanche, des dizaines de témoignages s’accumulent sur Twitter, surtout, et sur les autres réseaux sociaux. Sous le #allemaalvanbelang – jeu de mots de « tout le monde est important » et « tout le monde est du Belang » – plusieurs personnes, issues de l’immigration ou non, dénoncent le racisme dont ils sont victimes au quotidien. Des textes et des vidéos qui soulignent la banalisation du racisme et rappellent qu’il est encore bel et bien présent. Et il n’aura fallu qu’une poignée d’heures pour que le hashtag devienne viral.

« Nous ne pensions pas avoir un tel succès mais pour nous c’était extrêmement important de le dénoncer« , expliquent les initiateurs du hashtag à la VRT. En quelques jours seulement, des centaines de tweets se sont accumulés et ont été likés et retweetés à plusieurs reprises. « Le fait que le hashtag soit repris si rapidement par des personnes issues de l’immigration montre à quel point c’était nécessaire d’en parler« , détaille l’étudiante Mayada Srouji au média néerlandophone.

La vidéo qui choque

Et puis parmi tous ces témoignages, il y a aussi cette vidéo filmée dans les transports en commun. On y voit une femme s’emporter. « Faut pas pousser. Ça ne peut plus durer que vous profitez comme ça du système« , lâche-t-elle à la jeune femme derrière la caméra avant de sortir énervée du métro. Dans un thread publié à la suite de cette vidéo, la jeune femme victime de l’attaque raciste raconte avoir été frappée à deux reprises dans le ventre dans l’indifférence quasi générale. Sur les réseaux sociaux, son histoire a davantage suscité de réactions tant de soutien que d’indignation. Au total, plus de 1.000 retweets et près de 3.000 likes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité