Huawei et Google : ce qu’implique ce « Game of Phones »

Au centre des tensions sino-américaines, Huawei ne pourra plus exploiter les services de Google. Un coup d’arrêt pour le géant chinois.

belgaimage-149821774-full

Quand Donald Trump montre les crocs, il met ses menaces à exécution. À la suite d’accusations d’espionnage, l’administration américaine a décidé d’interrompre de manière unilatérale les relations commerciales entre Google et Huawei. Ceci implique que les smartphones de l’entreprise chinoise, de marque Huawei et Honor, ne pourront plus accéder aux applications liées à Google, soit l’intégralité des applications disponibles sur le Play Store – Maps, Gmail, Drive, Youtube. Puisqu’il ne dispose plus de la licence Android, propriété commerciale de Google, le géant chinois de la télécom devra se contenter pour l’instant de sa version open source (en libre accès).

Aucune inquiétude à avoir pour ceux qui possèdent déjà un appareil Huawei, cette mesure ne touche pas les téléphones qui se trouvent déjà sur le marché et les mises à jour des applications Google suivront leur cours. Par contre les mises à jour du système d’exploitation, soit Android 10Q et les prochaines moutures, seront interrompues.

Dièse et diète

Deuxième en termes de vente de smartphones derrière Samsung, Huawei verra tout de même son étoile pâlir fortement sur tous les continents suite à ce contrecoup, même si la société ne pouvait de toute manière pas commercialiser ses smartphones sur le sol américain. L’entreprise chinoise devra donc se risquer à développer son propre système d’exploitation.

En mars, ses dirigeants confiaient être prêts à relever le défi, mais nombreuses ont été les entreprises à s’y casser les dents, tant Google domine outrageusement le secteur. Une longue période d’adaptation se profile à l’horizon, à la fois pour l’équipementier chinois, mais surtout pour ses utilisateurs qui devront employer de nouveaux outils, en compétition avec les très hauts standards établis par le géant high-tech de la Silicon Valley.

En sus, Huawei se retrouve à devoir composer avec le retrait imposé de certains de ses fournisseurs occidentaux, à savoir Intel, Qualcomm, Infineon et Broadcom entre autres. Sans l’appui de ces sociétés, Huawei devra établir au plus vite de nouveaux partenariats, sous peine de voir se tarir rapidement les stocks et donc d’interrompre sa chaîne de production.

Huawei est au centre des tensions entre les Etats-Unis et la Chine, sur fond d’escalade dans les sanctions commerciales. Début mars, l’entreprise avait déjà introduit un recours contre les restrictions imposées jusqu’alors par les Etats-Unis. Cette nouvelle décision de Donald Trump va assurément piquer au vif le gouvernement chinois. Mais si Huawei opère le tournant avantageusement, alors Google se trouvera face à un concurrent de taille. Un concurrent qu’il aura lui-même poussé à se révéler.

Sur le même sujet
Plus d'actualité