Monsanto: la descente aux enfers de Bayer après le rachat du fabriquant de Roundup

Pour la troisième fois, Monsanto perd un procès aux États-Unis. Le groupe pharmaceutique Bayer connaît une chute faramineuse depuis le rachat du géant de l'herbicide.

©Belga Image

Lundi, le groupe allemand a été condamné par un jury californien à verser plus de 2 milliards de dollars de dommages à un couple de septuagénaires qui affirme que leur cancer est causé par l’utilisation du puissant herbicide. Un montant record pour le fabriquant du controversé Roundup. « Nous aurions aimé que Monsanto nous prévienne, qu’il y ait quelque chose sur l’étiquette (qui dise) que cela pouvait causer le cancer, nous ne l’aurions pas utilisé« , a déclaré Alberta Pilliod lors d’une conférence de presse qui se tenait à San Francisco.

En juin dernier, Bayer rachetait Monsanto pour 63 milliards de dollars. Une acquisition qui s’est depuis transformée en fardeau puisque, rien qu’aux États-Unis, la société chimique et pharmaceutique doit faire face à plus de 13.400 actions en justice. Envers et contre tout, Bayer persiste et rappelle les nombreuses études déjà menées : le glyphosate présent dans le Roundup n’est pas cancérigène pour l’humain. Pourtant, l’Organisation mondiale de la santé le classe comme « cancérigène probable » depuis 2015…

Moins d’un an après ce rachat colossal, Bayer se porte mal – le groupe a perdu 45% de sa capitalisation – et encaisse les coups. Sans réaction, le groupe allemand risque de ramasser de nombreux pots cassés puisque même ses actionnaires commencent à quitter le navire. Fin avril, certains d’entre eux votaient contre la direction lors de la première assemblée générale depuis l’acquisition de Monsanto. Un fait inédit dans l’histoire de l’entreprise. Peu de temps après, le titre en Bourse de Bayer dégringolait aux États-Unis causant une perte conséquente en valeur boursière.

Les méfaits du glyphosate questionnés

La dangerosité du Roundup n’a de cesse d’être remise en question. Si le géant pharmaceutique continue à s’appuyer sur le manque de preuves, tant les condamnations que les différentes enquêtes questionnent les effets du puissant herbicide sur ceux qui l’utilisent. En août dernier, le jardinier Dewayne Johnson, atteint d’un cancer, faisait plier Bayer pour la première fois lors d’un procès historique. Résultat : 289 millions de dollars d’amende. Quelques mois plus tard, en mars, le groupe connaît sa deuxième défaite judiciaire face à un retraité lui aussi malade.

À l’été 2017, le photographe franco-vénézuélien, Mathieu Asselin, exposait le résultat d’une enquête photographique de cinq ans sur les conséquences de Monsanto. Au Vietnam, il avait retrouvé de jeunes enfants déformés par l’agent orange déversé sur leurs grands-parents. Aux États-Unis, il a rencontré les descendants des vétérans ayant bombardé le poison, qui en subissent également les conséquences. Des clichés, parfois insoutenables, illustrant le mépris de toute humanité et témoignant de la dérive alarmante des grands groupes à travers le monde.

En septembre, Konibini News diffusait le témoignage poignant de Théo, 11 ans, qui souffre de lourdes malformations de l’œsophage et de la trachée après que sa mère ait été exposée au glyphosate tout au long de sa grossesse. Depuis de longues années, la famille mène une bataille juridique contre Monsanto et espère un procès dans le courant de l’année.

Et il n’y a pas que du côté juridique que Monsanto accumule les scandales. Le 10 mai, France 2 dévoilait une sorte de blacklist secrète comprenant des centaines de personnalités opposées aux pesticides, notamment au glyphosate. Parmi elles, le chef de groupe des Verts/ALE au Parlement européen, le belge Philippe Lamberts. Un fichage illégal et basé sur des informations personnelles. Dans la foulée, l’eurodéputé annonçait qu’il porterait plainte avec constitution de partie civile. Une enquête a depuis été ouverte.

Depuis sept ans, une marche mondiale contre Monsanto qui rassemble des milliers de manifestants aux quatre coins du monde. Cette année, elle aura lieu le 18 mai soit une poignée de jours après la troisième condamnation. Combien de temps le fabriquant du très lucratif Roundup continuera à entraîner Bayer dans sa chute ? Combien de temps avant que le produit possiblement cancérigène soit retiré de la vente ?

Sur le même sujet
Plus d'actualité