La consommation d’alcool a augmenté de 70% dans le monde entre 1990 et 2017

C'est en Europe qu'elle y est la plus élevée avec en moyenne 12 litres par habitant chaque année.

glasses-919071_1920

Les nombreuses campagnes de prévention contre les effets néfastes de l’alcool n’auront pas réussi à endiguer sa consommation. En effet, selon une étude internationale menée dans 189 pays et publiée par The Lancet, cette dernière aurait augmenté de 70% depuis les années 90. Des chiffres alarmants, qui s’expliquent notamment par une consommation plus élevée par habitant. La pratique du binge drinking chez certains jeunes âgés de plus de 15 ans participe à cet accroissement. Mais là n’est pas la seule cause. En Chine, en Inde et au Vietnam, la courbe explose, en raison de la densité de population et d’un pouvoir d’achat en hausse. Elle y a plus que doublé entre 1990 et 2017.

Si la consommation d’alcool a diminué en Europe, elle reste très élevée, puisque les taux dépassent en moyenne 12 litres d’alcool pur par adulte et par an. La Moldavie tient la triste première place de ce classement, avec plus de 15 litres consommés par habitant, tandis que la France et le Portugal – avec 12 litres chacun – ne sont pas très loin derrière. Un autre exemple assez éloquent s’illustre avec la Russie, qui montre une diminution de la consommation, mais garde tout de même des chiffres élevés. Les chercheurs y ont enregistré une réduction annuelle de 22% par habitant, passant de 15,8 litres à 12,3 litres. La diminution la plus notable au cours de la même période a été observée en Azerbaïdjan, avec une baisse de 82%, passant de 2,9 litres en 2000 à seulement 0,5 litre.

Autre problème d’envergure : le phénomène d’addiction fait toujours autant de ravages. À l’échelle mondiale, quelque 237 millions d’hommes et 46 millions de femmes souffrent de troubles liés à l’alcool, les taux les plus élevés étant enregistrés en Europe (respectivement 15% et 3,5% pour les hommes et les femmes) et en Amérique du Nord (11,5% et 5%). Les chercheurs ont estimé que si les tendances se maintiennent, d’ici 2030, 40% des personnes s’abstiendront de consommer de l’alcool, 50% des personnes consommeront de l’alcool fréquemment et 23% des personnes en feront une consommation excessive au moins une fois par mois.

Sur le même sujet
Plus d'actualité