Comment accéder à ces données que Facebook, Google, Snapchat… glanent dans notre dos

Vous avez toujours rêvé de remettre la main sur un vieux message ou une vieille photo que vous ne retrouviez plus dans le fouillis incompressible de vos informations ? Ça tombe bien, Facebook, Google, Snapchat, Twitter, Linkedin et bien d’autres conservent précieusement toutes ces données et les mettent à votre disposition. Inquiétant ? À peine...

thumbnail_belgaimage-146724440-full_1

Depuis que le Règlement Général sur la Protection des Données est d’application, les principaux réseaux sociaux, moteurs de recherche et applications sont tenus de proposer l’accès des données aux utilisateurs qui emploient leur site”, explique Olivier Bogaert, commissaire de la Computer Crime Unit. Des mails antédiluviens, des positions détaillées, des sites internet compromettants… Tout y passe.

Certes, ce n’est une surprise pour personne d’apprendre que ces sociétés détiennent ce genre d’informations. Mais la quantité invraisemblable des données récoltées a de quoi donner le vertige. Il peut donc s’avérer utile de connaître l’étendue des informations collectées sur internet et sur les applications afin de mieux limiter cette exploitation extensive de notre vie privée.

Il est nécessaire de comprendre à quel point il est facile pour ces sociétés de retracer les déplacements d’une personne et de découvrir ses centres d’intérêt. “Ces données sont accessibles à toutes les entreprises qui voudraient les utiliser à des fins marketing. Avec un simple algorithme, elles sont très facilement exploitables” avance le commissaire Bogaert. Faire l’archivage de ses données est donc une première étape vers le contrôle de sa vie privée.

Google

L’entreprise américaine propose l’archivage de ses données via son application Takeout pour 50 de ses fonctions, dont Chrome, Gmail, Maps et Youtube. L’historique des recherches ainsi que l’activité sur Android sont également inclus dans le répertoire. Takeout générera un ou plusieurs fichiers ZIP, parfois de plusieurs giga-octets. Comme pour tous les autres services, les dossiers se présenteront en fonction du type de données glanées. Tous les mails (facilement décryptables avec Mbox Vewer) que vous avez reçus et envoyés – même ceux supprimés – depuis que vous utilisez Gmail vous sont accessibles. Votre historique de localisation est aussi disponible, mais en JSON, un format relativement abscons. Intéressant tout de même de noter que les algorithmes de Google s’emploient à deviner quel type de transport vous utilisez.

Snapchat

En plus des informations usuelles, l’application comprend la possibilité de recouvrer les photos et chats datant de moins d’une semaine. “Mais il ne faut pas croire que la durée de vie des photos envoyées sur Snapchat est la même que sur les serveurs de celui-ci. Leur base de données conserve les photos bien au-delà de leur date de péremption présumée sur le réseau social” prévient Bogaert. Pour certains utilisateurs, les photos se retrouvent en HTML. Ce qui implique qu’elles sont accessibles directement sur Internet. Oui, au vu et au su de tous.

Facebook

Plutôt que d’utiliser l’archivage des données, pratique pour avoir une vue d’ensemble large des données récoltées (section “Télécharger vos informations”), on vous conseillera d’aller directement dans les paramètres. Vous pourrez ainsi gérer plus aisément les données conservées à votre propos.

A noter que vous pouvez savoir quels annonceurs ont importé une liste de contacts avec vos informations et l’ont utilisée pour de la diffusion de publicités

Linkedin

Axé business, Linkedin propose ses données en format CSV., difficile à décrypter pour les non-initiés.

Instagram

Les photos et les données qui y sont liées sont téléchargeables ici

Twitter Vos tweets et les données qui y sont liées sont téléchargeables ici (il faut d’abord se connecter).

Sur le même sujet
Plus d'actualité