Le beau monde de Vincent Peiffer: Une Europe très brexcitante

Vaste choix de députés européens: brexcités, europhiles absents et euro-recasés…

moustique_nl_16_03-belgaimage-146753412

Qui comprend encore quoi que ce soit à ce Brexit dur, mou, mi-cuit ou semi-épicé? Pas moi. Personne. Même Theresa May s’emmêle les gambettes entre une sortie négociée et un possible “Breturn” (retour) en cas de deuxième référendum moins malhonnête, celui-là. Seule certitude: le Brexit est reporté. Et donc le 23 mai, les Britanniques iront élire leurs (non-)eurodéputés. Et c’est là que les brexciteurs réapparaissent. Comme Nigel Farage. Celui qui, à coups de fake news, avait convaincu 52 % du Royaume-Uni que sortir de l’UE serait LA garantie du bonheur. Farage qui, juste après le référendum, s’était courageusement retiré de la politique. Ou du moins avait laissé à d’autres la mise en œuvre de “son” Brexit. Comme son brexcité compère Boris Johnson, ex-maire de Londres et ministre démissionnaire dès qu’il a fallu ne plus hurler mais concrétiser. Les casseurs sont souvent lâches et peu bosseurs.

Bref, du 23 au 26 mai, élections européennes pour tous, y compris le Royaume-Uni. Et revoici Nigel Farage, qui a créé un “Brexit Party” tout spécialement pour ça. Il sera donc réélu (non-)député européen par des sujets de Sa Majesté qui ne comprennent toujours rien mais qui savent que l’Europe c’est beurk et que l’Empire britannique c’est le nirvana. Farage reviendra donc au Parlement européen répandre ses mensonges crétins, avec toute l’arrogance dont il est capable. Et elle est immense.

Pas mal non plus, à l’autre bout, nous avons les pro-européens convaincus, mais de loin. Comme Paul Magnette qui sera tête de liste PS à l’Europe et qui a déjà annoncé qu’il ne siégera pas au Parlement européen, pour rester bourgmestre de Charleroi (et très probable président du PS). J’aime l’Europe, je la veux plus socialement et fiscalement unifiée, mais cette Europe-là se fera sans moi.

J’allais oublier un troisième choix de futurs eurodéputés: les recasés de la politique nationale. Comme Benoît Lutgen, ex-président et tête de liste euro-cdH. Ce qui nous fera un joli Parlement européen ubuesque en partie composé de Farage et d’europhobes de tous pays, d’europhiles absents et d’euro-placardisés. Cette Union européenne est décidément de plus en plus (br)excitante.

Cet article est issu de notre magazine papier. Pour plus d’infos qui piquent, rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité