« Je suis flattée, mais je ne pourrai accepter », Blanche Gardin refuse d’être décorée par le gouvernement Macron

L'humoriste française Blanche Gardin s'est vu proposer une nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres. Dans une lettre postée sur les réseaux sociaux, elle explique pourquoi accepter serait illogique.

©Belga Image

« Je suis flattée. Merci. Mais je ne pourrai accepter une récompense que sous un gouvernement qui tient ses promesses et qui met tout en œuvre pour sortir les personnes sans domicile de la rue. » Humoriste, actrice, scénariste, Blanche Gardin s’est fait connaître grâce au Jamel Comedy Club il y a quelques années. Devenue l’une des comédiennes les plus célèbres de France (et d’ailleurs), ses spectacles sur fond d’humour noir se jouent à guichet fermé. Mais Blanche Gardin sait aussi être sérieuse. Surtout quand il s’agit de mettre sa notoriété au profit de luttes qui lui tiennent à cœur. Encore plus quand il s’agit de rappeler que des sans-abris continuent de mourir chaque année dans les rues de France.

« Dans le cadre d’une prochaine promotion, le cabinet du ministre de la Culture, Monsieur Frank Riester, souhaiterait savoir si Blanche Gardin serait susceptible d’accepter une nomination dans l’ordre des Arts et des Lettres. » Quelques jours après avoir reçu ce mail de la part du cabinet du ministre, Blanche Gardin a adressé une lettre à Emmanuel Macron pour lui expliquer pourquoi elle ne pourrait pas accepter. Publié sur son compte Facebook, le post a déjà été partagé quelque 70.000 fois en une poignée d’heures. Sur Twitter également, des centaines d’internautes ont salué la décision de la comédienne.

La promesse de Macron

Dans ce courrier, l’humoriste rappelle que le Président avait déclaré en juillet 2017 que sa « première bataille c’est de loger tout le monde dignement. Je ne veux plus, d’ici la fin de l’année, avoir des hommes et des femmes dans la rue, dans les bois ou perdus ». Blanche Gardin poursuit en énumérant plusieurs mesures prises par la gouvernement Macron en contradiction avec son souhait de venir en aide aux personnes mal-logées.

Cette fameuse déclaration de Macron a d’ailleurs fait couler beaucoup d’encre. Alors que les médias avaient tous relayé l’info selon laquelle le Président promettait de loger tous les sans-abris dignement, l’Élysée affirme qu’il parlait en fait des demandeurs d’asile. Nos confrères du quotidien Libération ont tenté de fact-checker l’information pour démêler le vrai du faux. Il semblerait que ses propos tenus en juillet 2017 concernaient effectivement les populations étrangères. Il n’empêche que lors de ses vœux de fin d’année tenus quelques mois plus tard, Macron lançait qu’il ne voulait plus de SDF. Quoi qu’il en soit, pour l’un comme pour l’autre, le Président n’a pas tenu ses promesses. Fait qu’il a reconnu début 2018.

Le 31 mars dernier, Blanche Gardin donnait une représentation de son spectacle « Bonne nuit Blanche » au Zenith de Paris. Tous les bénéfices avaient été reversé à la fondation Abbé Pierre que la comédienne soutient fréquemment dans les médias.

En 2018, 566 personnes ont perdu la vie dans la rue comme le rappel le collectif français Mort de la rue. En moyenne, ces personnes avaient 48 ans et, parmi elles, certains mineurs.

Sur le même sujet
Plus d'actualité