Eddy Merckx mis à l’honneur à Bruxelles à 100 jours du Tour

À 100 jours du départ du Tour de France à Bruxelles, les organisateurs ont rallié notre capitale pour honorer les cinquante ans du premier maillot jaune de notre Eddy Merckx national.

©Belga

Il y a cinquante ans, Eddy Merckx remportait son premier maillot jaune. Et apparemment, le Tour sait fêter ses idoles. En plus d’organiser le Grand Départ à Bruxelles en juillet prochain en l’honneur du Cannibale, Christian Prudhomme, le boss de la Grande Boucle, a rejoint la Belgique ce jeudi pour lancer le compte à rebours de l’édition 2019. Cent jours nous séparent du samedi 6 juillet et de la première étape, bruxelloise donc.

Ce jeudi, histoire de marquer l’évènement, la capitale sera le siège de nombreuses festivités en l’honneur d’Eddy Merckx. Ce midi, le plus grand cycliste de l’Histoire inaugure d’abord un square à son nom à Woluwé-St-Pierre, commune où il a vécu 27 ans, développé sa passion pour le vélo et porté son premier maillot jaune après la victoire de Faema en contre-la-montre par équipe en 1969. Rendez-vous ensuite dans le centre, où, dès 18h, des animations et des initiations au vélo joncheront le trajet qui sépare la Grand Place de la place de Brouckère, où Eddy Merckx et Christian Prud’homme lanceront enfin le compte à rebours et célèbreront l’ouverture officielle de la Maison du Tour.

Un week-end 100% bruxellois

Le Tour 2019 s’ouvrira sur deux étapes bruxello-bruxelloise, ou presque. La première, de 192km, traversera Molenbeek, Anderlecht, le Brabant wallon puis flamand, et gravira notamment le Mur de Grammont. Le dimanche, Bruxelles sera le théâtre d’un contre-la-montre de 28 kilomètres aux allures de city-trip, partant du Palais royal jusqu’à l’Atomium en passant par l’Avenue de Tervuren, le Bois de la Cambre, le campus de l’ULB et le Château de Laeken.

Rayon vélo, on espère vivre une 106e édition un peu plus disputée que les précédentes, monopolisées par les membres de l’équipe Sky. Si elle a récemment été rachetée par un groupe pétrolier et se nommera dès le 2 mai Team Ineos, les ambitions n’ont pas diminué, au contraire. Geraint Thomas, maillot jaune en titre et qui fera l’impasse sur le Giro, et Chris Froome, affamé après son étonnante contre-performance de l’an dernier, devraient d’ailleurs se partager le leadership en France. À 100 jours du départ et en plein lancement de la saison des classiques, difficile d’évaluer le reste des forces en présence. Mais l’on peut légitimement espérer voir Nairo Quintana, deux fois deuxième, Tom Dumoulin, double deuxième l’an dernier sur le Tour et le Giro, Vincenzo Nibali ou les Français Romain Bardet ou Thibaut Pinot offrir une jolie résistance à l’ogre britannique.

Photo news

Plus d'actualité