Non, un homme noir qui porte un hoodie n’est pas forcément un délinquant

"56 Black Men", c'est le nom d'une nouvelle campagne qui choc vise à remettre en question certaines idées reçues. Marqueurs sociaux, emblèmes de classes, les vêtements sont bavards au point de vouloir dire ce qu'ils ne voulaient pas dire.

56_black_men

Ils sont cinquante-six. Cinquante-six hommes noirs photographiés en close-up, la tête couverte de la capuche d’un même sweat noir. La première réaction de la plupart de ceux qui regardent cette mosaïque de visages est un mouvement de crainte et de recul. Instantanément, ils pensent voir des dealers, des repris de justice ou des bad boys. Pourtant, les hommes qui posent pour ce projet ne vendent rien d’illégal, n’ont pas de casier judiciaire et mènent une vie dans les clous de la société. Ils sont architecte, médecin, avocat, enseignant, pharmacien et même politicien…

Initiée par Cephas Williams, entrepreneur anglais de 27 ans, la campagne 56 Black Men focalise sur la charge négative du hoodie – le sweat à capuche qui, porté par un homme noir, augmente les préjugés raciaux. Comment une couleur de peau et un simple habit peuvent produire un délit de “sale gueule”, voilà la démonstration de cette entreprise de déconstruction des stéréo- types. Emprunté au vestiaire sportif, le sweat à capuche est devenu un symbole de délinquance urbaine qui, mixé à des clichés ethniques, alimente le racisme.

Suivre la campagne sur Instagram @56blackmen

Sur le même sujet
Plus d'actualité