Climat : la Belgique n’a pas poussé l’ambition climatique de l’UE et déçoit une nouvelle fois

Plusieurs pays membres de l'UE ont tenté – sans succès - d'inscrire dans les conclusions du Conseil européen l'objectif de tendre vers la neutralité carbone d'ici 2050. La Belgique n'en faisait pas partie... 

photonews_10774093-002

Semaines après semaines, les citoyens belges marchent dans la rue pour réclamer plus de justice climatique. Après la grève mondiale de vendredi passé, les élèves du secondaire reprennent leurs habitudes et se rassemblent pour la 11ème fois ce jeudi après-midi, à Liège cette fois. Et que font nos dirigeants pendant ce temps-là ? Rien. À ce stade, il n’y a plus que deux hypothèses possibles : soit ils sont en réalité sourds et aveugles, soit ils se moquent complètement des mobilisations citoyennes…

Le journal l’Echo rapporte ce jeudi que la France, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Danemark, la Finlande, La Suède, l’Espagne et le Portugal ont présenté au Conseil européen une stratégie plus ambitieuse afin de « s ‘efforcer » d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Ils ont également rappelé à l’UE la nécessité d’être en phase avec l’objectif de 1,5°C inscrit dans l’Accord de Paris. La Belgique de son côté, n’a pas demandé de révision des objectifs européens… Voir notre pays s’impliquer d’avantage dans la politiquement environnementale est pourtant une des demandes principales de la Coalition Climat, organisation à l’origine de la marche « Claim the Climate » qui avait rassemblé 75.000 personnes dans les rues de Bruxelles le 2 décembre dernier.

Si la Belgique ne fait pas partie des pays qui se seront exprimés en amont du Conseil européen qui a lieu ces 21 et 22 mars, elle lui a par contre demandé d’intensifier ses travaux sur une stratégie de long terme pour en rediscuter à l’automne – lors du prochain Conseil d’octobre. Le texte sur la table prévoit pour l’instant d’y revenir avant la fin de l’année… On appelle cela de la « procrastination ».

Photo news

Un « Green deal européen » ?

La neutralité carbone est un point d’équilibre entre la quantité d’émissions de gaz à effet de serre émise dans le monde et la capacité qu’à la Terre de capter et stocker du dioxyde de carbone. Le GIEC l’a réitéré dans son dernier rapport remis en décembre : limiter le réchauffement climatique à 1,5°C nécessitera d’atteindre une neutralité carbone en 2050 maximum. Mais le plus tôt sera le mieux. Or, l’Union européenne (et la Belgique) ne semble pas pressée…

L’agence Belga précise de son côté que Charles Michel a affirmé qu’il « soutiendra bel et bien des objectifs européens plus ambitieux en matière climatique conformément à la résolution du Parlement (belge) du mois de décembre« . Le Premier ministre rappelle également qu’il a plaidé en faveur d’un « renforcement » du plan national climat et que le gouvernement soutient le développement de l’éolien offshore.

Notre premier ministre s’est également dit en faveur de la mise en place d’un « Green deal européen » dont Emmanuel Macron et Angela Merkel serait également partisans. Le 12 février dernier, lors d’un discours pour l’inauguration d’un nouvel auditoire au… Collège d’Europe, à Bruges, Charles Michel avait déclaré que ce « deal » premettrait de « mieux conjuguer une ambition industrielle trop faible avec l’ambition climatique, grâce à l’innovation, la recherche et une stratégie énergétique » et d’éviter « un dumping environnemental intraeuropéen néfaste pour l’économie et l’emploi« .  Des discours et encore des discours… À quand les actions ?

Sur le même sujet
Plus d'actualité