« Breaking Bad » : Walter White existe pour de vrai, il est russe et habite en Sibérie

La justice russe a condamné à 11 ans de prison un ancien enseignant de chimie, qui avait monté un laboratoire de fabrication de drogue dans son grenier... Ça vous rappelle quelque chose ?

un-film-breaking-bad-ecrit-par-vince-gilligan-serait-en-preparation-88983-1100x715

Chez Moustique, on a adoré les cinq saisons de Breaking Bad, la génialissime série développée par la chaîne américaine AMC, avec Bryan Cranston et Aaron Paul. On vous rappelle le pitch ? À Albuquerque (Nouveau-Mexique), Walter White, un professeur de chimie surqualifié découvre qu’il est atteint d’un cancer du poumon en phase terminale. Plutôt que de tomber en dépression, il sombre dans le crime pour assurer l’avenir financier de sa famille. Avec l’aide de Jesse Pinkman, un de ses anciens élèves, il se lance dans la fabrication et la vente de méthamphétamines de « qualité supérieure ». S’enchaîne des événements qui vont petit à petit emmener les deux protagonistes dans une irrémédiable descente aux enfers…

Aussi incroyable que cela puisse paraître, un ancien enseignant de chimie a été condamné lundi dernier à 11 ans de prison pour avoir produit pendant plus d’un an de larges quantités de drogues synthétiques. Ce n’est pas chez l’Oncle Sam que ça s’est passé mais en Russie, et plus précisément dans la région d’Irkoutsk, en Sibérie. Selon l’agence de presse publique TASS, l’homme de 52 ans avait mis en place sa propre installation dans le grenier de sa maison de campagne, achetant le matériel et les produits de base en ligne. Le laboratoire improvisé a finalement été découvert par les services de sécurité russes (FSB), qui ont confisqué 20 kilogrammes de drogues prêtes à être vendues et les ingrédients nécessaires pour en fabriquer au moins deux fois plus.

Sur des images diffusées par le FSB, on peut voir le grenier équipé de tubes, d’écrans d’ordinateur et de flasques, ainsi que de boîtes contenant des produits chimiques. Les drogues étaient distribuées via un système complexe de caches secrètes. La comparaison avec Heisenberg (nom de code utilisé par le personnage de Cranston), devenu au fur et à mesure des saisons de Breaking Bad un baron de la drogue, est un peu exagéré. Mais tout de même, toute ressemblance avec la série n’est pas fortuite. Série qui, d’ailleurs, s’était elle aussi inspirée d’un fait divers similaire impliquant un certain… Walter White!

Source : AFP

Sur le même sujet
Plus d'actualité