Le sosie de Kim Jong-Un expulsé du Vietnam, sa blague n’a pas fait rire

Ils ont fait rire tout le monde... sauf les autorités. Les sosies de Kim Jong-Un et Donald Trump ont été interpellés lors de leur faux sommet à Hanoï. L'imitateur du chef d'état coréen a, lui, été expulsé.

©Belga Image

Petit bisou sur la bouche, tête-à-tête autour d’un plateau de fruits de mer, c’est la deuxième fois que les deux sosies (aux ressemblances troublantes) organisent de faux sommets en prévision des vrais qui ont lieu quelques jours plus tard. En juin 2018, les deux chefs d’état se côtoient pour la première fois à Singapour lors d’une rencontre qualifiée d’historique. Quelques jours plus tôt, dans un restaurant de fruits de mer, le « sommet de crabe aux piments » – tout aussi historique – se déroule entre les sosies.

Sauf qu’à l’époque déjà, le faux Kim Jong-Un (Howard de son prénom) se fait arrêté. Rapidement relâché, les autorités lui ordonneront de ne plus approcher du lieu où la vraie rencontre doit se dérouler. Cette année, les deux chefs d’état se rencontrent à Hanoï au Vietnam. Deux jours de discussions pour tenter d’orchestrer une dénucléarisation de la Corée du Nord. Une rencontre qui aurait commencé sur une note optimiste avec un Donald Trump enthousiaste qui prévoit un avenir « GÉNIAL » à son « ami » Kim Jong Un.

Vendredi dernier, les deux sosies avaient décidé de réitérer l’expérience de la fausse rencontre au plus grand bonheur des journalistes et autres visiteurs qui s’étaient pressés pour les rencontrer. En pleine mise en scène dans une station de télévision locale, les deux hommes ont eu la mauvaise surprise de voir débarquer une dizaine de policiers prêt à les arrêter. Résultat : le faux Kim Jong Un, Howard X, est expulsé et le faux Trump, Russell White, n’écope que d’un simple avertissement.

©Belga Image

Un visa pas valable

Officiellement, les autorités justifient le renvoi du sosie dans son pays d’origine par son visa qui ne serait plus valide. Lors d’un point presse en direct de son hôtel, Howard X a démonté cet argument en arguant que « la vraie raison, c’est que je suis né avec la même tête que Kim Jong Un, c’est ça le vrai délit ». Toujours le sourire aux lèvres et sur le ton de l’humour, l’Australien a exprimé son mécontentement, mais assure qu’il ne pouvait s’attendre à rien d’autre « d’un pays à parti uniques sans aucun sens de l’humour ». Avant de grimper dans une voiture, escorté par trois hommes en uniforme et de lâcher un « au revoir Hanoï !« , plein de désinvolture.

L’imitateur de Donald Trump s’en sort avec un nouvel avertissement et l’interdiction de faire des apparitions publiques déguisé en président des États-Unis. Donald Trump serait-il moins susceptible que son homologue coréen ? Quoi qu’il en soit, les deux hommes ne semblent pas en avoir fini avec leur apparitions humoristiques et rappellent que « la satire est la meilleure arme contre la dictature ».

Sur le même sujet
Plus d'actualité