Qui est Thomas Dermine, élu Wallon de l’année?

Figure de proue de l'après Caterpillar avec le plan Catch, le Carolo Thomas Dermine vient d'être récompensé: "Nous sommes une équipe. Nous avons la volonté d'apporter des projets sur le site pour transformer une catastrophe en opportunité."

belgaimage-146141729-full

Comme chaque année, le prix Bologne-Lemaire a été remis au Wallon de l’année 2018. Pour la 22ème fois, ce prix organisé par l’institut Jules Destrée voulait couronner une personnalité forte en Wallonie. Il a déjà été attribué à Jean-Michel Saive, aux Frères Dardenne ou à l’homme d’affaire Pierre Rion ou encore à l’ancien patron de l’AWEX, Philippe Suinen (qui lui a remis le prix cette année).

Cette fois, c’est la jeunesse wallonne qui a été portée sur la plus haute marche. En effet, Thomas Dermine, trentenaire, apporte un souffle nouveau dans le redressement économique de la région de Charleroi, suite à la fermeture de la société Caterpillar. « Nous sommes une équipe. Nous avons la volonté d’apporter des projets sur le site pour transformer une catastrophe en opportunité. » Il est, pour rappel, à la tête du Plan CATCH qui entend créer entre 6000 et 8000 emplois directs sur Charleroi d’ici 2025. Ce Carolo, qui connaît très bien sa région, a reconnu que « le travail était loin d’être achevé » même si le site déserté par l’entreprise américaine peut à présent compter sur l’arrivée prochaine du constructeur automobile chinois, Thunder Power.

La formation

Willy Borsus, ministre-président de la Région wallonne, a « salué son travail. » A quelques semaines des élections, Thomas Dermine a toujours défendu l’idée que la relance avec le projet CATCH de la région de Charleroi « ne dépendait pas du calendrier électoral parce que nous utilisons tous les leviers utiles au redéploiement. » Lui qui connaît l’importance de la formation pour les futurs emplois sur l’ex-site de Caterpillar est diplômé de Harvard et est un ancien consultant de McKinsey. Il a aussi étudié à la Solvay Business School à Bruxelles. Lors de la fermeture de l’entreprise américaine, il avait répondu favorablement à l’appel du bougmestre socialiste de la ville, Paul Magnette.

Sur le même sujet
Plus d'actualité