Dès 2020, Bruxelles plantera un arbre pour chaque naissance

Un bébé = un arbre. La mesure s’appelle "baby boom" et entre dans le cadre du Plan Climat de la ville de Bruxelles adopté en mai 2018.

© Skitterphoto

D’ici un an, notre capitale commencera à planter un arbre pour chaque naissance sur son territoire. L’arbuste sera planté soit dans une des maternités situées sur le territoire de la Ville de Bruxelles (Brugmann, Saint-Jean, Saint-Pierre…), soit « dans un pays du sud ». Une initiative de Benoît Hellings, échevin du Climat, et Zoubida Jellab, échevine des Espaces Verts, qui se justifient sur ce dernier lieu de plantation : « Pourquoi un pays du Sud ? Parce qu’il s’agit de faire comprendre que l’enjeu climatique dépasse les frontières. Le CO2, le dioxyde de carbone ont un impact partout sur le globe ». La capitale veut également « participer à la dimension internationale demandée par la Convention des Maires en aidant à la reforestation dans les pays du Sud ». Le deuxième objectif est (logiquement) de réduire l’empreinte carbone de la métropole. L’initiative bénéficiera d’un financement de 25.000€.

13 tonnes de CO2 en moins

Cette nouvelle mesure bruxelloise est inscrite dans le Plan Climat de la ville dont l’objectif est de « planifier les efforts de diminution d’émission de gaz à effet de serre et d’adaptation du territoire aux changements climatiques ». Avec 3.000 naissances par an à Bruxelles, ce baby boom permettra de diminuer chaque année de 13 tonnes le taux de CO2 présent dans l’atmosphère. « En tout cas, c’est une mesure symbolique qui permet de souligner auprès du public l’enjeu lié à l’environnement. Il y a un vrai besoin à l’éducation à l’environnement », précisait en début de mois Zoubida Jellab au micro de la RTBF.

Planter un arbre lors d’une naissance n’est pas inédit. La ville de Lausanne en Suisse le fait depuis 2001 sur son propre territoire. En 2018, une forêt de chênes est ainsi née sur le territoire communal du bois de Vernand-Dessus.

Pour reverdir plus directement la ville, Bruxelles mettra en place un outil en ligne permettant aux riverains de demander un permis de végétaliser. La capitale prévoit aussi le développement de toitures végétales, l’éco-pâturage pour l’entretien des espaces verts, le remplacement de l’éclairage traditionnel des bâtiments par des Leds et l’acquisition de véhicules de service plus écolos. Des initiatives qui impressionnent à l’étranger. « La France devrait s’inspirer de Bruxelles qui plante un arbre pour chacune de ses naissances », titre par exemple le site d’info Daily Geek Show qui conclut son article par « Imaginez si toutes les villes de France s’inspiraient de cette démarche écologique… ». À notre tour d’être un peu chauvin ?

Sur le même sujet
Plus d'actualité