C’est la fin d’un mythe: Internet Explorer se meurt

Microsoft conseille aux internautes de cesser d'utiliser Internet Explorer, son mythique navigateur! C'est la fin d'une époque...

belgaimage-144386958

Internet Explorer est un dinosaure du web. Comme les reptiles préhistoriques, il a régné sans partage sur la Terre. Et comme eux, il connaît le même inexorable déclin qui l’amène vers son inéluctable extinction. Il y a quelques jours, un expert en sécurité de Microsoft a recommandé de ne plus utiliser le browser historique de la société et conseille tout simplement aux internautes d’abandonner définitivement le navigateur désuet…

Pourquoi ce « suicide logiciel » de la part de l’éditeur, sachant que l’entreprise créée par le monument de l’informatique Bill Gates (photo) n’est jamais parvenue à accoucher d’un successeur digne à Internet Explorer (avec seulement 5% de part de marché mondial, Microsoft Edge est un flop) ? Parce que, en vieillissant, l’ancien fleuron du net est devenu « dangereux ». Dépassé sur le plan technologique, le navigateur n’est plus mis à jour. Les failles ne seront plus corrigées et le navigateur sera sensible à toutes les attaques.

Inquiétant alors, que par la force de l’habitude sans doute, des millions d’internautes utilisent encore Internet Explorer comme navigateur par défaut, à domicile ou au bureau…

« Dette informatique » 

Lancé dans sa première version en 1995, Internet Explorer s’est développé au fur et à mesure que la technologie devenait de plus en plus accessible au commun des mortels, jusqu’à atteindre 95% de part de marché mondial en 2003 ! En l’espace de 15 ans, ce chiffre a chuté à 6%… Et dire qu’en 2015, il en occupait encore 20%, lorsque Microsoft avait décidé de stopper son développement pour lancer Edge. Une chute expliquée par l’explosion de la concurrence, Google Chrome en tête (70% de part de marché contre 10% pour Firefox et 5% pour Safari).

Utiliser Internet Explorer aujourd’hui entraînerait une « dette informatique », notion qui fait référence au rapport de coût et de qualité d’utilisation. Le vieux browser ne peut plus à la fois supporter toutes les anciennes applications (développées depuis des années) et les futures applications qui reposeront sur de nouvelles technologies. Les solutions mises au point pour des navigateurs modernes ne sont pas testées pour fonctionner sur cette technologie obsolète, ce qui peut poser problème pour consulter ou utiliser des outils en ligne… Au-delà du coût nécessaire à sa maintenance, avoir recours à un navigateur dépassé peut entraîner de nombreux problèmes pour les entreprises, notamment de compatibilité, et l’impossibilité de faire évoluer un site. 

De toute façon, pourquoi continuer à rouler en Lada quand on peut choisir une Ferrari ? Objet récurrent de moqueries de la part de la communauté geek pour sa lenteur extrême, le vieux navigateur fait aujourd’hui figure de véritable fossile vivant pour les jeunes générations. N’en déplaise aux nostalgiques des prémisses du web, Internet Explorer a fait son temps… Et ce, depuis bien longtemps.

Belga

Sur le même sujet
Plus d'actualité