Burn-out, stress, harcèlement: les risques psychosociaux au travail ont augmenté de 23% en 2018

Chaque année, le groupe IDEWE publie son rapport sur les risques psychosociaux liés au travail. En 2018, ils ont augmenté de pratiquement un quart.

student-849825_1920

IDEWE est le plus grand service externe pour la prévention et la protection au travail. L’année passée, les travailleurs ont notifié 2789 risques psychosociaux. Dans l’ordre, les principaux motifs avancés sont : les conflits sur le lieu de travail (42,6%), le stress et le burn-out dus à la pression (22,7%) et le harcèlement moral (15,6%). Dans une moindre mesure, le harcèlement physique et le harcèlement sexuel figurent également dans le classement.

Pour Hilde De Man, responsable des Aspects psychosociaux chez IDEWE, les conflits sur le lieu de travail, principal problème, doivent être rapidement solutionnés afin d’éviter qu’il ne se transforment en harcèlement moral.

L’IDEWE rappelle également que le harcèlement au travail a des conséquences graves, prouvées dans des études, sur les travailleurs : dépression, angoisses, stress post-traumatique.

Soutien des collègues

Le groupe IDEWE affirme également avoir aidé 8% des travailleurs ayant signalé un harcèlement moral à constituer un dossier formel. Dans 38% des cas, un conseiller en prévention est intervenu de manière informelle pour accompagner le travailleur ou tenter de régler le problème avec l’aide d’un supérieur hiérarchique.

Hilde De Man conclut ce rapport en appelant à des « comportements plus respectueux » sur les lieux de travail et rappelle que l’aide de collègues, ne souhaitant pas être complices, peut s’avérer importante.

Sur le même sujet
Plus d'actualité