Bientôt possible de faire des dons sur Instagram: l’altruisme des réseaux sociaux?

Prochainement, il sera possible de faire des dons à différentes associations à but non-lucratif via les stories Instagram. Sur Facebook, c’est déjà le cas depuis 2013. Tout ça par pur altruisme des réseaux sociaux ? Pas que.

©Belga Images

Dans le courant 2019, le réseau social Instagram devrait proposer une nouvelle fonctionnalité à ses utilisateurs : un bouton « dons » dans les stories. Tout comme il est déjà possible d’agrémenter le contenu en indiquant la température ou une musique au choix, il sera possible de choisir une association à but non-lucratif et de lui faire un don. Jusqu’à présent, la nouveauté est encore à l’état de test, mais des esquisses ont déjà été dévoilées par Jane Manchun Wong, ingénieure et chercheuse.

Depuis 2015, Facebook permet déjà de faire des dons à toutes une série d’organisations : WWF, Oxfam, Unicef, etc. Mais le réseau social va plus loin puisque depuis deux ans il est même possible d’orchestrer une levée de fonds le jour de votre anniversaire. En été 2017, Facebook annonçait que 45 millions de personnes se souhaitaient un « joyeux anniversaire » quotidiennement sur la plateforme. Ce qui donne l’idée au géant du web de créer la fonction « faire un don » qui permet à celui qui fête son anniversaire de demander à ses amis Facebook de verser une poignée d’euros à l’association de son choix en guise de cadeau. L’idée fonctionne puisqu’en novembre dernier, le site de Mark Zuckerberg annonçait avoir dépassé le milliard de dollars collecté par 20 millions de donateurs.

Mais le soutien de Facebook aux ONG’s n’est pas nouveau. En 2016, le réseau social avait créé Fundriser, un outil permettant aux organisations à but non-lucratif de lancer des campagnes pour collecter des dons via leur page Facebook. Aussi, en décembre dernier, la campagne de sensibilisation #DécembreEnsemble était lancée en France, appuyée et sponsorisée par le réseau social.

Facebook, la main sur le cœur?

Mais est-ce que toutes ses actions sont le pure produit d’une bonté infinie des réseaux sociaux ? Pas tout à fait. Ou, en tout cas, pas que. Ajouter un bouton « faire un don » ou lancer une levée de fonds, ne coute rien à celui qui le crée. Facebook précise également que « Les dons versés aux organisations caritatives sur Facebook au moyen de la plate-forme de paiement Facebook ne font l’objet d’aucuns frais ».

Mais alors, que gagnent Facebook et Instagram à proposer de telles fonctionnalités ? Comme souvent : des données. Pour faire un don, il faut entrer les coordonnées de sa carte visa. Et, bien qu’il soit possible de les supprimer en un clic, elles restent automatiquement enregistrées tant que ce n’est pas fait. Pas de problème jusque-là. Si ce n’est que Mark Zuckerberg ne cache pas qu’il souhaite développer le commerce et les achats sur Instagram et Facebook. « Il existe une très grande opportunité pour simplifier les transactions et faire en sorte que l’expérience d’achat soit optimale », déclarait le fondateur de Facebook lors de la présentation des résultats du dernier quadrimestre de 2018. Comprenez : si vos données bancaires sont déjà enregistrées : vous serez plus susceptible de valider votre panier et de conclure l’achat. Alors qu’il serait plus facile de renoncer si vous devez vous lever de votre canapé, aller chercher votre portefeuille et entrer votre numéro de carte et tout le reste.

Avec Instagram Shopping (disponible en France, mais pas encore en Belgique), il est possible d’acheter au départ de l’application en quelques clics seulement. Et quand Mark Zuckerberg promet de capitaliser en 2019 sur ce genre de fonctionnalité, on peut imaginer qu’il ira au bout de son idée. Donc les réseaux sociaux altruistes, oui, mais avec beaucoup de suite dans les idées.

Sur le même sujet
Plus d'actualité