2.020 oiseaux échappent à l’euthanasie et trouvent refuge à Pairi Daiza

Expédiés en Israël par un exportateur flamand, des milliers d’oiseaux ont ensuite été rapatriés en Belgique suite à des anomalies dans l’enregistrement de certains d’entre eux. Leur sort était incertain jusqu’à l’intervention du parc animalier Pairi Daiza.

Image d'illustration © Unsplash / Isaac Benhesed

Bloqués à l’aéroport de Liège depuis jeudi, les 2.020 canaris et perruches menacés d’euthanasie ont finalement été accueillis par Pairi Daiza ce week-end. Envoyés le 4 février par leur propriétaire, un exportateur flamand, en Israël, ils avaient finalement dû être renvoyés en Belgique suite à des erreurs d’enregistrement. Malheureusement, les six centres d’hébergement réservés à l’accueil des oiseaux étaient complets. Les oisillons attendaient donc bien sagement à Liège Airport en attendant de connaître leur sort.

Après concertation avec l’Afsca et le ministre de l’Agriculture Denis Ducarme, c’est le parc de Brugelette qui a finalement été choisi pour prendre en charge les 2.020 volatiles. Certains appartiennent à des espèces protégées par la convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites). Leur bonne prise en charge était donc primordiale. « Pairi Daiza a trouvé un endroit sûr où tant le bien-être des animaux que les normes sanitaires seront respectés. L’Afsca, le ministre Denis Ducarme ainsi que Pairi Daiza ont ensemble œuvré à la mise en place d’une solution humaine et respectueuse des animaux ».

Les oiseaux ont été directement placés en quarantaine, comme le veut la procédure. Ils y resteront pendant trente jours. Et après ? “L’avenir des oiseaux se décidera en concertation avec leur propriétaire. Pairi Daiza se donne le temps de trouver la meilleure solution pour garantir le bien-être des oiseaux qui sont désormais sous sa protection“, annonce le parc dans un communiqué. Contacté par nos soins, le parc nous assure en tout cas que les volatiles vont très bien : « Ils mangent bien, ils se nettoient, ils chantent ». Une décision sur leur avenir sera normalement prise en fin de semaine.

Sur le même sujet
Plus d'actualité