Les « queers » : ces personnes qui ne veulent pas de genre

Bilal Hassani représentera la France lors de l'Eurovision 2019 qui se déroule en mai prochain. Le jeune chanteur qui se déclare "queer" fait face à un déferlement de critiques. De quoi s'agit-il exactement?

belgaimage-144608107-full

Biologiquement, aucune doute ne réside: Bilal Hassani est un homme. Pour le reste, il refuse d’être catégorisé. Il porte des perruques aux couleurs éclatantes, n’hésite pas à se maquiller et puise son style vestimentaire dans toutes les garde-robes sans se soucier du regard des autres. « J’suis pas dans les codes, ça dérange beaucoup » explique-t-il dans sa chanson Roi, titre avec lequel il représentera la France à l’Eurovision 2019 (14-18 mai). Un choix qui a provoqué un déferlement de critiques négatives. Qu’est-ce qui peut bien alimenter une telle haine envers Bilal ? Sa différence justement. Les caractéristiques des personnes queer, terme qui tend à se populariser tout en demeurant obscur, dérangent. 

Que signifie être queer ?

Afin de comprendre de quoi il s’agit, il faut d’abord percevoir les nuances entre le sexe et le genre. Le premier est associé à la facette purement physique de la personne, ce qui est inné. Le second est relié à la dimension comportementale, ce qui est acquis. On considère le genre comme une construction sociale, soit qui dépend de la société dans laquelle il se développe. En règle générale, ainsi que pour la majorité de la population, on distingue les genres masculin et féminin, respectivement associés aux hommes et aux femmes. On parle alors de cisgenre, en opposition avec transgenre, soit des personnes dont le genre est en adéquation avec le sexe. Ce constat mène à une forme de binarité : on est soit l’un, soit l’autre.

Les personnes queer n’adhèrent pas à cette vision traditionnelle, ce qui justifie l’utilisation d’un autre terme proche, celui de non-binaire. Pour simplifier, il s’agit d’un refus de se conformer à des modèles préexistants qui ne conviennent pas à leur manière de percevoir le monde. Gabriel Martin, linguiste québécois, définit le sens de queer : « Qui s’inscrit dans un ensemble de courants de pensée politisés, axés sur l’analyse et la remise en question des construits sociaux traditionnels et normatifs qui ont trait aux questions de genre, de sexe et de sexualité« . 

De l’insulte à la contestation

L’équivalent francophone du terme queer se rapproche de bizarre, d’étrange. On utilisait initialement ce mot pour définir toutes les personnes qui n’entrent pas dans les normes de la société, considérées comme hétérosexuelles. Jusque dans les années 1980, il s’agit d’une insulte. Puis, le mouvement LGBT reprend le terme pour le transformer en symbole de contestation afin de revendiquer la diversité sexuelle et la pluralité des genres.

La chanson du jeune Bilal Hassani reprend exactement ce principe, celui de prôner la liberté de choisir qui il désire être. C’est d’ailleurs de cette manière qu’il entame la chanson, avec une phrase d’une simplicité débordante qui reflète le message de la chanson dans sa globalité : « Je suis moi« .

Sur le même sujet
Plus d'actualité