Shutdown : quelles conséquences pour Monsieur tout le monde ?

Depuis un mois, les États-Unis sont plongés dans le plus long shutdown de leur histoire. Une économie qui en prend un sacré coup, des pourparlers qui n’aboutissent pas et, surtout, des citoyens dans l’embarras.

©Belga Images

Au cœur de cette mise en veille, un conflit qui semble insolvable. D’un côté, Donald Trump veut un mur entre son pays et le Mexique. De l’autre, les démocrates qui refusent de financer les cinq milliards d’euros nécessaires à sa construction. Et les deux côtés semblent décidés à ne rien lâcher. Mais en plus d’être à l’origine d’une guerre politique sans précédent, ce shutdown pénalise des milliers de citoyens américains ainsi que des touristes. Quelles sont les conséquences de cette paralysie pour ceux qui n’ont rien demandé à personne ?

Chômage technique

Depuis le début du shutdown le 22 décembre, ils sont des milliers à ne plus gagner un dollar ou à travailler sans être payés. Des dizaines d’administrations fermées qui engendrent des soucis pour 800.000 employés fédéraux. Au total, neuf des quinze départements d’État sont concernés ainsi que des dizaines d’agences fédérales. Jugées indispensables, 420.000 personnes travaillent actuellement sans être payées, mais devraient être dédommagées à la fin du shutdown (qui pourrait encore durer des mois). La situation est d’autant plus délicate pour les 380.000 autres personnes forcées au chômage technique. Leur paie dépendra du Congrès et de son choix de faire un geste… ou pas. En attendant, ces employés entament leur deuxième mois sans revenu. Dans un pays où, d’après le Washington Post, ils sont 14% à toucher un salaire annuel de moins de 50.000 dollars brut par an, les jours commencent à devenir longs.

©Belga Images

Des touristes déçus 

Parcs nationaux, zoo et musées fermés, files dans les aéroports, retards d’avion. L’absentéisme dans les différents secteurs du pays empêchent les touristes de profiter des États-Unis comme ils l’espéraient et ce sont les différents acteurs du secteur qui en payeront le prix. Les nombreuses annulations devront être accusées par les gérants d’hôtels et autres résidences. Néanmoins, les services consulaires américains restent ouverts et il n’y a aucun problème pour entrer et séjourner aux États-Unis.

Plus de mariage à Washington

Même prévus depuis longue date, des mariages ont dû être annulés dans la capitale. Contrairement aux autres villes américaines, Washington dépend en partie du budget fédéral et certains services sont donc affectés. Le bureau des mariages, situé au sein d’un tribunal, en fait partie et n’est temporairement plus en mesure de délivrer les certificats indispensables pour officialiser les unions. La maire de Washington, Muriel Bowser, a tenté tant que possible de prendre des mesures exceptionnelles pour délivrer les documents. « Tout comme le Grinch ne peut pas voler Noël, le ‘shutdown’ ne peut pas arrêter l’amour« , avait justifié son directeur de cabinet. Certains couples ont fait part de leur tristesse et de leur mécontentement sur les réseaux sociaux.

Plus d’argent pour les allocations

Certains États commencent à manquer de fonds pour payer les allocations fédérales normalement versées à 1 million d’adultes et 2,5 millions d’enfants. C’est en tout cas ce qui est stipulé dans une lettre adressée par la National Governors Association aux dirigeants du Congrès dimanche dernier.

Sécurité en danger ?

Mercredi matin, le FBI a annoncé qu’elle était incapable de payer ses informateurs ou de financer ses opérations. Le président du syndicat des agents du FBI a précisé que « les difficultés opérationnelles créées par le shutdown empirent et affectent nos opérations antiterroristes et de contre-espionnage à travers le monde ». Certaines sources humaines ainsi que les informations dont elles disposent risquent d’être perdues. Mais ce n’est pas tout. L’absence des juristes du ministère empêchent certains policiers d’obtenir des documents nécessaires pour poursuivre leurs enquêtes. Un autre policier a affirmé que le manque de budget l’avait empêché de recharger le téléphone utilisé dans une enquête anti-terroriste. Une situation chaotique qui pose des questions de sécurité intérieure.

Sur le même sujet
Plus d'actualité