L’argent ne fait pas le bonheur, mais il fait la santé

Source d'anxiété, l'instabilité financière peut entraîner des effets négatifs pour le cœur. Une étude menée sur quinze années le prouve : les jeunes sont aussi concernés. Pas rassurant par les temps qui courent...

stress, santé, argent, emploi, Charles Michel

Selon les chiffres avancés par Charles Michel, il y aurait 135.000 emplois vacants en Belgique. Et avec le « Jobs deal » – dont la mise en œuvre paraît compromise depuis la chute du gouvernement -, 12.500 emplois pourraient être créés, ce qui entraînerait, toujours selon le Premier Ministre, une baisse des dépenses de chômage, plus de recettes fiscales et plus de recettes pour l’ONSS… Au-delà de ces chiffres impressionnants, combien de ces « emplois vacants » proposent réellement du travail de qualité, avec des revenus décents et des perspectives d’avenir et d’évolution sur la durée ? Aucune Idée. Or, ce problème structurel pourrait devenir un enjeu de santé publique…

L’instabilité financière peut entraîner des troubles cardiaques et même, dans les cas plus extrêmes, une mort prématurée. C’est le constat d’une étude publiée dans le journal américain Circulation, pour laquelle des scientifiques ont suivi l’évolution de la situation financière de de 4.000 personnes pendant quinze ans, à partir de leur vingtaine jusqu’à leur 35 ans. Les chercheurs ont comparé les revenus des participants avec leur dossier médicaux sur cette période et ont découvert que les personnes qui expériencent des revenus instables – périodes sans emplois ou de réducations de salaires après avoir changé de job – avaient plus de risques de contracter des maladies cardiaques. Pire, le risque de mourir jeune est pratiquement deux fois plus élevé comparé à ceux qui ont des revenus stables !

L’ampleur des effets a surpris les scientifiques. « Nous savions déjà que les chutes de revenus et les changements fréquents de rentrées d’argent n’étaient pas optimal pour la santé, considérant le fait qu’ils s’agit d’événements stressants. Mais la magnitude des effets nous a interpellée, d’autant plus que nous avons observé un échantillion de population relativement jeune« , explique le professeur Tali Elfassy, co-auteur de l’étude. D’après les résultats, les personnes qui ont expérimenté plus de deux chutes de revenus pendant la durée de l’étude développaient un risque 2,5 fois plus élevé de troubles cardiaques que ceux qui avaient des rentrées financières stables.

La santé, ça se paie

L’effet négatif du stress – inhérent au situation financière instable – sur le cœur n’est plus à démontrer. Le stress est l’une des principales causes entraînant l’obésité, et les personnes en surpoids ont davantage de risques de connaître des anomalies cardiquaques du fait d’une pression sanguine plus élevée. Mais l’instabilité financière entraîne également toute une série de conséquences « indirectes » : les personnes avec des revenus plus faibles ou instables auraient tendance à fumer plus, à faire moins d’exercice physiques… et à consulter plus rarement un médecin. La santé à malheureusement un prix. Sans argent, difficile de se soigner correctement.

Le professeur Elfassy suggère que les personnes de tout âge devraient davantage prêter attention aux situations moins évidentes et non-médicales (comme l’instabilité des revenus) qui pourraient affecter négativement la santé : « Un changement de situation financière est un événement majeur dans une vie. Nous pensons que les populations âgées sont plus sensibles à ce stress financier, mais les plus jeunes y sont également vulnérables« .

D’après les chercheurs, les médecins devraient questionner davantage leurs patients à ce sujet, même si la situation financière ne concerne a priori pas la santé. Les personnes stressées devraient être rapidement dirigées vers des spécialistes de la santé mentale, qui pourraient les conseiller et les rassurer.

Travailler à une meilleure gestion du stress est essentiel pour épargner son cœur. Des mécanismes psychologiques permettent d’y faire face, de même que faire de l’excercie physique en extérieur… Les conditions météorologiques hivernales ne sont certes idéales pour se remettre au sport. Mais votre cœur mérite bien ce petit effort, non ?

Source : www.time.com

Sur le même sujet
Plus d'actualité