Gilets jaunes: le « boxeur de policiers » placé en garde à vue

L’ex-boxeur Christophe Dettinger s'est rendu aux forces de l'ordre après avoir molesté deux CRS à Paris lors du dernier rassemblement des "gilets jaunes".

belgaimage-143814708

Les images de ses violents coups de poing assénés à des CRS ont rapidement fait le tour du web, lors de « l’acte 8 » des gilets jaunes. Maîtrisés, puissants,… Il ne pouvait s’agir que d’un sportif de haut niveau. Filmé à visage découvert, l’ancien boxeur professionnel Christophe Dettinger, a très rapidement été identifié par les forces de l’ordre.

Et pour cause, ce champion de France des poids lourds-légers en 2007 et 2008 a quasiment mi K.O. deux policiers lors d’une confrontation face aux gilets jaunes samedi 5 janvier, à Paris. C’est ce que l’on constate dans la première vidéo, très largement relayée : du haut de son mètre nonante, Dettinger fait reculer les CRS à l’aide de ses poings. Dans la seconde, on le voit donner de furieux coups de pied à un agent à terre.

belgaimage-143807714-full

Surnommé le « Gitan de Massy », l’homme était en cavale depuis ces événements. Peu après son « combat de rue », il s’était excusé dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, expliquant s’être senti acculé. Il invoque la légitime défense. « À force de se faire taper encore et encore, oui, j’ai voulu avancer sur les CRS. Je me suis fait gazer avec un ami, ma femme,… Et à un moment, la colère est montée en moi. Oui, j’ai mal réagi. Je me suis défendu et voilà… »

La Fédération Française de Boxe a alors réagi en publiant un communiqué de presse, dans laquelle elle indique que Dettinger n’est plus licencié depuis 2013. « Nous condamnons avec la plus grande fermeté de tels agissements d’une violence extrême qui sont totalement contraires aux valeurs prônées par notre discipline ».

belgaimage-143790150

L’ancien boxeur a finalement décidé de se rendre aux forces de l’ordre deux jours après avoir violemment pris à parti ces deux policiers, a fait savoir le ministre de l’intérieur français, Christophe Castaner. « L’individu qui a violemment attaqué samedi des gendarmes mobiles sur la passerelle Senghor s’est présenté aux enquêteurs de la sûreté territoriale de Paris. Il a été immédiatement placé en garde à vue et devra répondre de ses actes devant la justice ».

Les deux CRS, ont quant à eux, décidé de porter plainte. Cédric, l’un des deux policiers agressés, a témoigné devant la presse : « Plusieurs centaines de personnes nous poussent et, au final, il y a un des manifestants qui est arrivé par-derrière, m’a projeté au sol. À partir de là, plusieurs m’ont roué de coups, dont la personne qui m’a jeté au sol, le fameux boxeur ».

belgaimage-143831270

Pierre, celui qu’on voit se protéger derrière son bouclier, raconte avoir tout de suite « senti que c’était quelqu’un qui savait ce qu’il faisait : il revenait tout le temps en garde, et les coups étaient vraiment bien dirigés vers mon visage. C’est très long. Surtout que nous, on essaie de garder notre calme. On essaie de reculer, on n’a aucune agressivité vers eux. C’est de la violence gratuite ».

Sur le même sujet
Plus d'actualité