André Flahaut salue la révolution cubaine… et se fait mitrailler sur Twitter

Un tweet maladroit en hommage aux 60 ans de la révolution cubaine. Il n'en a pas fallu plus à André Flahaut, ministre francophone du budget, pour se faire tacler de tous les côtés. Pour cause: tout n'était pas rose sous le joug de Castro. Loin de là.

belgaimage-132611533-full

Les raisons qui poussent bon nombre de personnes à fustiger le ministre francophone du budget sont nombreuses. Pour commencer, l’association Cuba archives a réalisé un recensement rigoureux en 2015 pour démontrer l’ampleur de la répression. Ces chiffres s’étendent de la prise de pouvoir de Fidel Castro en 1959 jusqu’au 31 décembre 2015. Le bilan est affligeant : 7.062 morts, un nombre qui ne prend pas en compte les milliers de cubains torturés ou condamnés aux travaux forcés. Le graphique ci-dessous dresse une liste non-exhaustive des motifs des morts sous le régime castriste.

 

Liberté d’expression en option

S’il y a bien un point qui ne constitue aucune forme de débat dans le régime cubain, c’est la place médiocre qu’occupe la liberté d’expression. C’est simple, exprimer une opinion allant à l’encontre du pourvoir en place équivaut à prendre un aller express derrière les barreaux. Pourtant, la liberté d’expression est considérée comme inhérente à toute forme de démocratie. Ce droit est évidemment défendu dans l’article 19 de la déclaration universelle des droits de l’homme.

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

Il n’y a pas qu’en ce point que le bât blesse. L’île des Caraïbes est l’un des pires pays en matière de liberté de la presse. L’organisation non-gouvernementale Reporter Sans Frontières (RSF) le rappelle régulièrement via son classement annuel. Une fois encore, Cuba se trouve en queue de peloton, entouré de pays tels que la Corée du Nord, l’Arabie Saoudite, l’Irak ou encore la Russie. Pour l’année 2018, Cuba décroche la 173e place sur 180… Un élément crucial que Théo Francken n’hésite pas à rappeler pour dénoncer le tweet d’André Flahaut.

RSF dresse un constat implacable.

Autoproclamée République socialiste à parti unique, Cuba reste année après année le pire pays d’Amérique latine en matière de liberté de la presse. (…) Arrestations et détentions abusives, menaces (…) sont les formes les plus courantes d’un harcèlement quotidien, renforcé par un arsenal de lois restrictives. 

De nombreuses années avec un parti unique au pouvoir, la répression de 1996 menée contre les dissidents, l’envoi d’homosexuels dans des camps de travail, les diverses restrictions de liberté détaillées plus haut…  Une discrète pensée émue, loin des réseaux sociaux, aurait eu l’avantage d’éviter au ministre du budget de subir ce déferlement de contestations dont voici quelques exemples parmi les plus éloquents.

Sur le même sujet
Plus d'actualité