Aviation: 2018, année meurtrière et paradoxalement sûre dans les cieux

Plus de 900 personnes sont décédées dans des crashs aériens survenus l'an dernier. Pourtant, 2018 fut l'un des exercices les plus sûr de l'histoire de l'aviation... Explications.

belgaimage-142683813

Le constraste est interpellant: 917 personnes ont perdu la vie dans des accidents d’avions l’an dernier, contre seulement 79 en 2017. 2018, année noire pour l’aviation? Paradoxalement, non.

Dans son rapport annuel, l’organisation néerlandaise Aviation Safety Network (ASN) classe 2018 comme la troisième année la plus sûre de l’histoire de l’aviation avec « à peine » 15 accidents répertoriés (2017 détient le record avec 10 accidents). Ce qui, en rapport au nombre total de vols commerciaux (transport de passagers et de marchandises), équivaut à un crash tous les… 2,54 millions de vols. Le volume mondial du trafic aérien est estimé à 37,8 millions de vols sur une année, soit près de quatre milliards de passagers par an! Voilà qui remet quelque peu les choses en perspective.

Le nombre élevé de décès en 2018 s’explique par les accidents très meurtriers du Boeing 737 MAX 8 de la compagnie low cost Lion Air en Indonésie (disparition en mer de Java le 29 octobre avec 189 personnes à bord) et le terrible crash d’un avion de la force aérienne algérienne en avril dernier (257 personnes à bord). Signalons que trois des 15 avions accidentés en 2018 étaient opérés par des compagnies aériennes figurant sur la liste noire de l’Union européenne. Les statistiques de 2018 montrent d’ailleurs qu’aucun accident n’a touché les passagers des compagnies « occidentales » (sauf un décès à bord d’un avion de la low cost américaine Southwest).

En 25 ans, le nombre d’avions de transport est passé de moins de 5 000 à près de 25 000. Inversement, pendant la même période, le nombre d’accidents a diminué de près de 2 000 à 400. On compte ainsi un accident fatal tous les dix millions de vol, selon Flight Safety. La sécurité du transport aérien ne cesse donc de progresser. En 2017, le transport aérien commercial de passagers n’enregistrait même aucun décès à bord des avions de plus de vingt sièges. Une première dans l’histoire de l’aviation et, forcément, un motif de réjouissance pour le secteur aérien. Dans le rapport d’ASN, son PDG Harro Ranter tient tout de même à rappeler que « les accidents avec perte de contrôle constituent un problème de sécurité majeur, car ils sont responsables d’au moins dix des 25 accidents les plus graves des deux dernières décennies, dont la plupart n’ont pas laissé de survivants. »

Des retards de plus en plus nombreux en Europe

N’en déplaise aux écologistes qui dénoncent la pollution engendrée par le traffic aérien, le nombre de passagers et de vols devraient encore augmenter en 2019, ce qui va entraîner des problèmes logistiques de plus en plus nombreux… Les aéroports européens éprouvent de plus en plus de difficultés à faire face à cette croissance. Si les problèmes ne sont pas résolus, d’ici 2040, le nombre de passagers aériens qui subiront des retards chaque jour sera multiplié par dix prévient David Marsh, chercheur à Eurocontrol, cité par l’agence Belga. « Près d’un demi-million de passagers seront confrontés chaque jour à un retard pouvant aller jusqu’à deux heures ».

Le nombre de vols en Europe devrait encore augmenter de 53% à l’avenir, ce qui équivaudra à quelque 16 millions de vols par an! « Il y a tellement de monde que tout écart par rapport à l’horaire a des conséquences majeures pour les vols suivants. L’année dernière, le nombre de minutes de retard a doublé par rapport à 2017 », écrit ainsi le journal néerlandais Algemeen Dagblad. Eurocontrol craint que, d’ici 2040, 1,5 million de vols ne puissent plus avoir lieu car les aéroports européens ne sont, à l’heure actuelle, pas capable de digérer tout ce traffic.

Cette croissance est visible chez nous: Charleroi Airport a enregistré près de 7,5 millions de passagers l’année passée (les chiffres officielles pour 2018 n’ont pas encore été dévoilés) et Bruxelles-Zaventem aura certainement battu son record de fréquentation également avec quelque 25 millions de passagers enregistrés en 2018… On parie que le plan de survol de Bruxelles atterrira une fois de plus sur la table des élus prochainement?

Sur le même sujet
Plus d'actualité