Jackpot : une planète de rubis et de saphirs découverte dans l’espace

Des scientifiques affirment avoir découvert une exoplanète dont la surface est recouverte de pierres précieuses. Le hic? Cette" planète au trésor" se situe à 21 années-lumière de la Terre...

milky-way-67504_1920

Dans le film Disney La Planète au Trésor, un nouvel univers – sorti en 2002 et librement adapté du classique de la littérature écrit par Robert Louis Stevenson L’Île au Trésor -, le jeune Jim Hawkins embarquait à bord d’un croiseur interstéllaire pour découvrir la planète où le maléfique Capitaine Flint, le plus célèbre pirate de l’espace, avait caché son immense trésor fait d’or et de diamants…

Une découverte scientifique récente pourrait tout à fait inspirer une suite au Studio aux grandes oreilles! Des chercheurs des universités de Zurich et de Cambridge affirment avoir découvert une exoplanète dont la surface est recouverte de saphirs et de rubis… Encore plus fort que dans le divertissement pour enfants! Le système en question répond au doux nom de « HD219134b » et se situe dans la constellation de Cassiopée, à 21 années-lumière de la Terre. Difficilement envisageable de s’y rendre pour récupérer le pactole, même en s’appelant Elon Musk.

L’exoplanète se situe très près de son étoile. La température y est, de fait, très élevée et cette chaleur pourrait avoir créé des réactions chimiques causant la formation de bloca de rubis et de saphirs, avancent les scientifiques. Son noyau, constitué de calcium et d’aluminium, en fait une planète cinq fois plus lourde que la nôtre, ce qui lui vaut le surnom de « super-Earth » (« super Terre »). « Peut-être qu’elle brille comme le rubis et le saphir, parce que ces pierres précieuses sont des oxydes d’aluminium, qui sont courantes sur l’exoplanète », explique Caroline Dorn, astrophysicienne à l’Institut de science computationnelle de l’Université de Zurich, sur le site d’information scientifique Eurekalert.

Qu’est-ce qu’une exoplanète?

On parle d’exoplanète pour qualifier une planète située en dehors du système solaire. La définition officielle d’une « planète » adoptée en août 2006 par l’Union astronomique internationale (UAI) ne concerne que les objets du Système solaire… Toutes les autres qui gravitent sur un orbite d’une étoile autre que le soleil sont donc baptisées « expoplanète » ou « planète extrasolaire », tout simplement.

Comme leur nombre est pratiquement infini, la communauté internationale a défini un système pour les baptiser et ne pas trop se creuser la tête à chaque nouvelle découverte. Façon de parler. Accrochez-vous, ça décoiffe plus qu’un voyage en vitesse lumière…

Le membre le plus brillant d’un système reçoit la lettre « A ». Les composants distincts qui ne sont pas compris dans « A » sont nommés « B », « C », etc. Les sous-composants sont, eux, désignés par un ou plusieurs suffixes ajoutés à celui du sous-système, en commençant par des lettres minuscules pour le deuxième niveau hiérarchique puis des nombres pour le troisième28. Vous suivez? Suivant une extension de la norme précédente, le nom d’une exoplanète est normalement formé en ajoutant une lettre minuscule au nom de l’étoile hôte de ladite planète. La première planète découverte se voit attribuer la désignation « b », car la lettre « a » est réservée à l’étoile. Les autres exoplanètes sont nommées avec les lettres suivantes dans l’ordre alphabétique. Si plusieurs planètes du même système sont découvertes en même temps, la plus proche de l’étoile reçoit la première lettre suivante, et ainsi de suite en s’éloignant de l’étoile.

Voilà pourquoi on se retrouve avec des noms aussi complexes que des suites mathématiques, comme « HD219134b »… La Planète au Trésor, c’est quand même plus sympa, non? Avouez-le.

Sur le même sujet
Plus d'actualité