Le Japon se relance dans la chasse commerciale à la baleine

Le pays se retire de la Commission Baleinière Internationale et reprendra la chasse dans ses eaux dès juillet

belgaimage-95895814-full

La flotte du Japon reprendra la chasse commerciale de la baleine dès juillet 2019. C’est ce qu’a annoncé le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, ce 26 décembre lors d’un point presse. Le pays n’avait jamais véritablement arrêté la chasse à la baleine, profitant d’une faille du moratoire mis en place en 1986 qui autorisait de tuer un certain nombre de cétacés pour des raisons scientifiques. Pour autant, l’annonce de se retirer de la Commission Baleinière Internationale (CBI) tombe comme un coup de massue pour les défenseurs de la cause animale.

Yoshihide Suga a également déclaré aux journalistes que la flotte du pays limiterait sa chasse aux eaux territoriales et à la zone économique exclusives du Japon, ajoutant que ses expéditions annuelles controversées dans l’océan Austral – source majeure de friction diplomatique entre Tokyo et Canberra – prendraient fin. Le tout «en accord avec les quotas de prises calculés selon la méthode de la CBI afin de ne pas épuiser les ressources». Lors de ce communiqué, le porte-parole a également spécifié « que des éléments scientifiques confirment l’abondance de certaines espèces de baleines».

belgaimage-143509524

Pourtant, selon le WWF, sur 13 espèces de baleines à fanons, près de la moitié sont menacées. Les baleines sont à la tête de la chaîne alimentaire marine et sans elles, tout l’écosystème serait bouleversé. La cause principale de cette extinction ? La chasse, ce malgré un moratoire introduit en 1986 qui interdit la chasse commerciale du cétacé. L’Islande et la Norvège s’en étaient retirées partiellement, c’est désormais au tour du Japon. Résultat, plus de 1.000 baleines sont tuées annuellement depuis la mise en place du moratoire.

Greenpeace Japon a accusé le Japon d’avoir programmé l’annonce pour éviter les critiques. « Il est clair que le gouvernement tente de dissimuler cette annonce à la fin de l’année, loin des projecteurs des médias internationaux, mais le monde entier le voit pour ce qu’il est », a déclaré son directeur exécutif, Sam Annesley. «La déclaration d’aujourd’hui est en décalage total avec la communauté internationale, sans parler de la protection nécessaire pour préserver l’avenir de nos océans et de ces créatures majestueuses. Le gouvernement japonais doit agir de toute urgence pour conserver les écosystèmes marins plutôt que de reprendre la chasse à la baleine. »

En effet, le Japon comme l’Islande et la Norvège, sont des endroits réputés pour leurs tours d’observation des baleines, qui attirent de nombreux touristes. En Islande, l’an dernier, presque 300 000 personnes se sont lancées dans des excursions d’observation à partir des ports islandais. Il est donc contradictoire de tarir une source qui pourrait rapporter à ces pays des revenus « verts ».

Sur le même sujet
Plus d'actualité