Démission de Charles Michel: les 4 dossiers importants qui vont rester en suspens

Le gouvernement a implosé, de nombreux dossiers vont être laissés à l'abandon... Quel impact sur la vie des Belges? On fait le point

belgaimage-143306838-full

1.    Les pensions

D’ici 2030, l’âge légal de la retraite passera à 67 ans. Ça, c’est passé et acté. Par contre aucune des mesures compensatoires à cet allongement n’a encore été prise, notamment concernant la promesse de dresser une liste des professions dites pénibles. C’est cette base qui doit permettre de décider de régimes préférentiels de départs à la pension dans le secteur privé. Si, dans le secteur public, 65% des travailleurs ont déjà un régime de pension plus favorable, le secteur privé part, lui, de zéro. Malheureusement, les pourparlers se sont embourbés ces dernières semaines entre la N-VA et l’Open Vld face au ministre MR, Daniel Bacquelaine. Même schéma du côté de la proposition de la pension à mi-temps…

2.    Réforme de l’État

Pour accepter le budget 2019 du gouvernement orange-bleue, le parti nationaliste flamand exigeait quatre conditions, dont la révision de la constitution. C’était l’exigence de trop. La N-VA devra désormais attendre l’après-élections pour tenter de réviser la Constitution en vue d’une nouvelle réforme de l’État qui octroierait à la Flandre de nouvelles compétences.

3.    La norme énergétique

En analogie avec la norme salariale, une norme énergétique aurait dû être introduite. Elle aurait permis au gouvernement de réguler le prix de l’électricité, pour les ménages comme pour les entreprises. Une manière d’éviter que ceux-ci explosent et que la Belgique se retrouve avec des prix bien plus élevés que ceux pratiqués dans les pays voisins. Une mesure qui devrait vraisemblablement passer à la trappe.

4.    Brexit

Au Royaume-Uni, le vote sur l’accord de sortie négocié entre Londres et Bruxelles pendant dix-sept mois a été reporté à la mi-janvier. L’opposition au texte, exprimée aussi bien par les europhiles que les eurosceptiques, et dans les rangs de la majorité comme de l’opposition, renforce la probabilité d’un Brexit sans accord au 29 mars 2019. Dans ce cas, notre gouvernement a préparé un certain nombre de modifications législatives qui limiteront l’impact du Brexit sur notre pays.

Sur le même sujet
Plus d'actualité