« L’affaire du siècle »: des ONG attaquent l’État français pour inaction climatique

"L’affaire du siècle" c’est le nom donné au projet porté par quatre organisations françaises qui attaque l’État français en justice pour action insuffisante contre le réchauffement climatique.

« L’affaire du siècle »: des ONG attaquent l’État français pour inaction climatique

Rares sont les semaines qui s’écoulent sans qu’une vidéo sur les enjeux climatiques devienne virale. En Belgique, ils étaient 75.000 à défiler dans les rues de Bruxelles pour clamer leurs inquiétudes. À échelle mondiale, ils sont des « millions » selon les protagonistes de cette nouvelle vidéo portée, entre autres, par Marion Cotillard, Juliette Binoche ou Cyril Dion. Et leur projet, en plus d’être inédit, a le mérite d’être ambitieux : attaquer l’État français pour manque d’action et pour non protection de ses citoyens.

Presqu’au même moment où l’Union européenne conclu un accord sur l’interdiction des plastiques jetables à usage unique, Emmanuel Macron reçoit dans sa boîte aux lettres un document signé par Greenpeace, Oxfam, Notre affaire à Tous et la Fondation pour la nature et l’Homme lui mentionnant que l’État s’apprêtait à être attaqué en justice. « L’action défaillante de l’État en matière de lutte contre le changement climatique traduit une carence fautive de l’État à respecter son obligation de protection de l’environnement, de la santé et de la sécurité humaine« , détaillent les ONG. À compter de cette date, l’État français a deux mois pour répondre avant que les associations introduisent un recours juridique devant le tribunal administratif de Paris.

Des émission de gaz à effet de serre qui repartent à la hausse depuis 2015, l’accord de Paris trop peu respecté, des objectifs à court terme pas tenus, le tout appuyé par la Constitution et la Convention européenne des droits de l’Homme qui garantissent la protection des citoyens. Dans la vidéo déjà partagée massivement sur les réseaux sociaux, le vidéaste Max Bird explique : « on veut faire en sorte qu’il y ait un droit international à la préservation de la planète. On va demander à la justice d’ordonner à l’État de respecter ses propres lois ». Une première en France, mais déjà testée et approuvée ailleurs.

D’autres tentatives européennes

Début octobre, le gouvernement des Pays-Bas a perdu une nouvelle fois un procès dans lequel il était accusé par 866 citoyens d’inaction face au changement climatique. Verdict : le tribunal de La Haye a demandé à l’État de réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 25% d’ici 2020 par rapport aux niveaux de 1990. En Belgique également, l’association l’Affaire Climat (Klimaatzak) avait envoyé une mise en demeure aux quatre autorités du pays en décembre 2014 en leur demandant de respecter leurs engagements climatiques. Sauf que, une fois n’est pas coutume, le procès est bloqué depuis trois ans pour différends linguistiques. La Région flamande a exigé un changement de langue du néerlandais au français ou la création de deux procédures différentes.

Certains se demandent déjà combien de vidéos devront devenir virales avant que les actions gouvernementales concrètes voient le jour.

Sur le même sujet
Plus d'actualité