Sécurité sur les marchés de Noël, faut-il s’inquiéter ?

L’OCAM n’a pas relevé le niveau de la menace suite à l’attaque de Strasbourg. Les autorités, locales et fédérales se veulent rassurante auprès de la population : les dispositifs de sécurité sont bien rodés.

belgaimage-143235037-full

Chérif Chekatt, l’auteur de la fusillade au marché de Noël de Strasbourg mardi soir (trois personnes tuées et treize blessées), a été abattu par la police française hier soir. L’enquête devra déterminer les raisons du passage à l’acte de celui que Daesh a présenté comme l’un de ses « soldats » même si – pour l’heure – rien ne permet de confirmer le lien entre le tueur et l’organisation terroriste. Il n’empêche, deux ans après l’attaque au camion-bélier perpétrée sur la Breitscheidplatz à Berlin par Anis Ben Amri (12 morts et 56 blessés), les marchés de Noël se profilent comme des cibles privilégiées des attentats. Symbole de chrétienté ? Concentration de personnes ? Probablement les deux en même temps.

En France, l’attaque de Strasbourg a bouleversé les plans de certaines grandes villes où un périmètre de sécurité a été créé dans l’urgence, avec fouilles et palpations à l’entrée. Il s’agit d’un périmètre de type « fan-zone » à l’entrée des marchés, un dispositif étanche avec deux entrées et deux sorties avec fouilles de personnes et de sacs systématiques. Les patrouilles de policiers et militaires, accompagnés de vigiles plus nombreux, vont renforcer les mesures nouvelles.

Et en Belgique? Selon l’OCAM (Organe de coordination pour l’analyse de la menace), il n’existe aucun lien entre la fusillade de Strasbourg et notre pays, a assuré mercredi matin le ministre de la Justice Koen Geens. En d’autres mots, l’adaptation du niveau de sécurité n’est pas à l’ordre du jour même si Didier Reynders, en visite à Strasbourg, a précisé que le Conseil national de sécurité se réunira lundi pour voir si la menace a évolué. Le nouveau Ministre de la défense (après la démission de la N-VA et Sander Loones) a néanmoins ajouté que des mesures particulières seront prises pour les marchés de Noël et d’autres événements publics (célébration du Nouvel An à l’Atomium notamment).

 »Pas de panique »

En Wallonie – pour l’heure – seule la ville de Mons a pris des dispositions concrètes pour ses festivités de fin d’année. La zone de police locale a décidé de rehausser la sécurité du Marché de Noël sur la Grand-Place en renforçant l’armement et la présence de patrouilles policières visibles et non-visibles. Le périmètre du marché de Noël est, lui aussi, renforcé à l’aide d’obstacles fixes. Les gardiens de la paix et les organisateurs ont été sensibilisés à la détection de comportements et objets suspects, afin de redoubler de vigilance sur les lieux à grande fréquentation. À Charleroi, Namur et Liège – qui commémorait ce jeudi les sept ans de la tuerie de la place Saint-Lambert – aucune mesure particulière n’a été ajoutée au dispositif de sécurité, « pour la simple et bonne raison, que dès l’ouverture de notre Marché, nous étions prêts pour le dispositif de sécurité« , a notamment déclaré le bourgmestre liégeois Willy De Meyer.

Le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close a quant à lui rencontré mercredi matin son chef de corps et les services de sécurité de la ville pour étudier la manière de gérer la situation. Une vigilance accrue a été mise en place dans le périmètre des « Plaisirs d’Hiver » de la capitale. Des équipes de police supplémentaires ont été mobilisées depuis mercredi. Elles viennent donc s’ajouter au dispositif initial comprenant les services de police, les agents de sécurité et le travail de prévention. « Très concrètement, c’était déjà plusieurs dizaines voire centaines de policiers qui se mobilisent en permanence pour les grands évènements bruxellois. Il y a en plus du gardiennage privé qui est effectué, ainsi que des services de prévention. Mais là, on a réorienté certains services judiciaires pour sécuriser les lieux, pour continuer à être plus attentif« , a déclaré le maïeur à RTL, en précisant que la sécurité est aussi l’affaire de chacun. « Il faut être vigilant ; mais vraiment, j’insiste, il ne faut pas céder à un climat de panique qui nous gâcherait les fêtes de Noël: il y a des forces de l’ordre qui sont très bien organisées« .

Selon les autorités, locales et fédérales, vous pouvez donc profiter de l’ambiance chaleureuse des marchés Noël en toute sécurité.

Sur le même sujet
Plus d'actualité