Quand la N-VA se paie la tête de Charles Michel en BD

La N-VA ironise sur son départ du gouvernement, estimant que Charles Michel et le reste de la coalition ont nié son avis et celui du peuple.

On sait rire à la N-VA. ©Belga

Le community manager de la N-VA est en pleine forme. Après les affiches anti-immigration sortant de leur contexte des images d’une banque de données pour y accoler des slogans au goût douteux, la N-VA continue à chercher l’affection de ses adhérents. Le parti nationaliste flamand s’est en effet approprié cette après-midi un meme qu’il a posté sur sa page Facebook. Il s’y pose en victime d’une coalition tyrannique et dénonce le non-recours à l’avis de la population autour de la signature du pacte de Marrakech par la Belgique.

Charles Michel : Cher gouvernement, qu’allons-nous faire avec le pacte de Marrakech sur la migration ?
CdnV : Signer !
Open VLD : Simplement le signer
N-VA : Écouter la population et refuser ?
Et là, Charles Michel et la coalition de Marrakech envoient la NVA à travers la fenêtre. 

Une nouvelle provocation alors que Jan Jambon promettait « une attitude constructive » au lendemain du départ de la N-VA du gouvernement. Tous les partis de l’ancienne coalition insistaient d’ailleurs sur leur volonté de préserver une atmosphère amicale. « J’espère que nous pourrons appliquer nombre des décisions que nous avons prises. Ce n’est pas parce que nous ne sommes plus assis à la même table que nous devons être à couteaux tirés », affirmait en début de semaine le vice premier-ministre Open VLD Alexander De Croo. S’il reste à négocier certains dossiers brûlants d’ici les élections du mois de mai, notamment autour du socio-économique, la N-VA ne semble pourtant pas vouloir faire le moindre cadeau à la coalition MR-Open VLD-CDnV.

Chouchouter son électorat extrême

Rappelons que la N-VA était au courant du contenu de ce pacte migratoire depuis plusieurs mois et n’en a freiné la route qu’à la suite des élections communales du 14 octobre. Des analystes politiques ont alors mis en avant un possible lien entre ce soudain revirement et les résultats du Vlaams Belang en Flandre. En ce qui concerne l’avis de la population, Charles Michel s’est bien envolé vers Marrakech avec le soutien de plus de deux tiers des députés de la Chambre des représentants. 

Plus d'actualité