Le Time choisit Jamal Khashoggi et d’autres journalistes comme personnalités de l’année

L’hebdomadaire américain met à l’honneur le journaliste récemment assassiné ainsi que plusieurs autres reporters, tués ou emprisonnés. Une occasion pour revenir sur les violences à l‘égard des journalistes.

© Belga Image

Pour la deuxième année consécutive, le célèbre magazine américain met à l’honneur, non pas un seul individu, mais un groupe de personnes. Après les “Silence Breakers“ de 2017 qui avait levé le voile sur les agressions sexuelles perpétrées par Harvey Weinstein, voici les “Guardians and the War on Truth » représentés par le journaliste Jamal Khashoggi, assassiné le 2 octobre dernier à Istanbul. Parmi eux : la reporter philippine Maria Ressa (accusée de fraude fiscale et menacée de prison), les deux journalistes Wa Lone et Kyaw Soe Oo actuellement emprisonnés, et la rédaction du journal local américain Capital Gazette, dont cinq membres sont décédés suite à une attaque perpétrée le 28 juin à Annapolis.

© TIME / Belga Image

En choisissant Khashoggi et ses confrères et consœurs étrangers, le Time fait preuve d’une grande innovation. C’est en effet la première fois qu’une de ses « personnalités de l’année » est un.e journaliste. De plus, jamais une personne décédée n’avait été élue depuis le début de cette tradition annuelle, soit 1927.

Dans une époque où les libertés individuelles sont de plus en plus bafouées par de nombreux pays, le Time met donc en avant ceux qui ont dédié leur vie à défendre les droits humains et la démocratie. « Alors que nous étudiions les choix possibles, il nous est apparu clairement que la manipulation de la vérité et son détournement ont été une caractéristique commune de beaucoup des sujets majeurs de l’année, de la Russie à Ryad en passant par la Silicon Valley », a expliqué Edward Felsenthal, le rédacteur en chef du Time sur NBC. “Nous avons donc choisi de mettre le projecteur sur quatre individus et un groupe qui ont pris de grands risques dans la recherche de la vérité, en commençant par Jamal Khashoggi“.

Ils ne sont malheureusement pas les seuls journalistes à avoir été tués, persécutés ou emprisonnés pour leur métier. Voici un douloureux rappel des derniers chiffres sur le sujet (sources : Reporters Sans Frontières).

Sur le même sujet
Plus d'actualité