Les mamans belges sont au top

Ni trop grosses ni trop âgées, la plupart des jeunes mamans belges se portent plutôt bien.

camila-cordeiro-68568-unsplash

Une césarienne pour 5 naissances

Avec 1 césarienne pour 5 naissances en 2015 (21,3%), la Belgique se classe dans le groupe des pays qui ont un taux de césarienne les plus « contenus ». C’est beaucoup moins qu’en Suisse ou en Italie où le nombre de césariennes tourne autour des 35%.

En cinq ans, le taux de césarienne a toutefois augmenté de 20,3% à 21,3%. En France et en Norvège, sur la même période, il a diminué. Plus d’une césarienne sur deux a été programmée en Belgique. La France, qui a pris des mesures concernant les césariennes programmées affiche un taux plus bas.

Une mère sur cinq a plus de 35 ans

En Belgique, les femmes qui accouchent sont dans une bonne tranche d’âge : ni particulièrement jeunes, ni particulièrement âgées. Le nombre d’adolescentes qui accouchent est particulièrement bas et tourne autour des 2% alors que dans certains pays il représente jusqu’à 10% des naissances et au Royaume-Uni il s’élève à 3,5%. 18% des mères belges ont plus de 35 ans, un nombre raisonnable par rapport à des pays où trois mères sur dix sont « âgées ».

35% des mères sont en surpoids ou obèses

Les mamans belges ne sont particulièrement en surpoids même si 35% des femmes sont tout de même en surpoids ou obèses.

4 mères décédées pour 100 000 naissances

La mortalité maternelle en Belgique se présente comme particulièrement basse avec 4 décès pour 100 000 naissances. Mais ces données seraient incomplètes et devraient probablement être doublées. Pour les morts-nés à partir de 24 semaines la Belgique a le deuxième taux le plus élevé. Ici aussi la récolte des statistiques est défaillante : on ne différencie pas en Belgique à l’heure actuelle un mort-né spontané d’une interruption médicale ou thérapeutique de grossesse.

Une première photo de famille

C’est la première fois que la photo belge de la santé maternelle et périnatale est complète. Le rapport européen Euro-Peristat compare les données des 28 pays membres de l’Union européenne, plus l’Islande, la Norvège et la Suisse. En Belgique, ce sont les chercheurs de l’Ecole de Santé publique de l’Université libre de Bruxelles qui assurent la publication des données belges dans le rapport.

Sur le même sujet
Plus d'actualité