L’hiver arrive… et la lumière fuit

Cet hiver, on n’aura peut-être pas d’électricité et, c’est sûr, on n’a pas d’idées.

Marie-Christine Marghem © Isopix

Vu d’ici, l’Espagne vient de s’offrir une loi qui fait rêver. Son objectif est la neutralité carbone en 2050. Cela passera par l’interdiction à la vente des véhicules non électriques, des constructions passives et une transition énergétique volontaire grâce à un investissement de 100 milliards créant 130.000 emplois. Au même moment, on apprenait que notre Doel 1 ne pourrait pas redémarrer en décembre et que c’était aussi mal barré pour Doel 2. On commençait juste à se détendre en constatant que, sûr, l’hiver arrive mais sans ces frimas qui, en novembre, auraient pris de vitesse notre capacité à produire de l’électricité en suffisance. En plus, Tihange 1 venait d’être reconnecté, ce qui signifiait que sur nos sept réacteurs nucléaires, deux (2!) fonctionnaient. Ô les beaux jours qui s’annonçaient.

Mais voilà donc qu’à peine repoussé, revient le spectre du délestage. Pour le conjurer, une solution audacieuse : relancer Tihange 3 trois mois avant la fin des travaux de mise en conformité. L’Agence fédérale du contrôle nucléaire doit encore statuer. Sinon, on pense rétribuer les entreprises qui n’utiliseraient pas trop d’électricité pendant les heures de grande consommation. Une mesure quasi nulle. Ou bien importer de France, mère patrie d’Engie Electrabel, ce qui n’est guère prometteur vu l’état de leur vieux parc nucléaire que Macron a promis de démanteler (1.000 anomalies dans ses 58 réacteurs depuis leur mise en service). Depuis quinze ans, la Belgique a programmé pour 2025 la sortie du nucléaire, alors qu’il représente toujours 50 % de notre énergie (20 % pour le renouvelable). Mais bien sûr, on a pensé à tout : on va construire des centrales (usines?) à gaz. Il manque juste l’argent. Et sans doute le temps. Rappelons qu’il faut cinq ans pour arrêter un réacteur et vingt pour le démonter. Tout le génie organisateur de Marie- Christine Marghem ne suffira peut-être pas. Deux gouvernements précédents ont déjà évoqué le report de cette date de 10 ou 20 ans, la N-VA en reparle. On va finir par croire qu’ils parlent vrai.

Cet article est issu de notre magazine papier. Pour plus d’infos qui piquent, rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité