#ARRETE c’est de la violence: la campagne qui sensibilise aux violences faites aux femmes

Le 25 novembre aura lieu la Journée internationale des violences faites aux femmes. La campagne #ARRETE c’est de la violence rappelle qu’elles sont toujours bel et bien présentes.

#ARRETE c’est de la violence: la campagne qui sensibilise aux violences faites aux femmes

Un retour de soirée alcoolisée où on n’a pas envie d’avoir une relation sexuelle avec celui qui a gentiment proposé de nous ramener. Un ex furieux qu’on l’ai largué et qui décide de se venger en balançant sur les réseaux sociaux des photos prises dans l’intimité. Les violences, qu’elles soient sexuelles ou psychologiques, touchent encore de nombreuses femmes, surtout les jeunes. « Selon les résultats préliminaires d’une étude qui sera finalisée en avril 2019, il apparaît déjà que 17% des jeunes déclarent être ou avoir été victimes de cyberviolence sexuelle, et une fille sur dix dit subir des violences sexuelles dans sa relation », déclarait Isabelle Simonis, ministre des Droits des femmes de la Fédération Wallonie-Bruxelles à BX1.

Et les campagnes de sensibilisation qui se multiplient depuis plusieurs années ne réduisent pas ces abus à néant. La Fédération Wallonie-Bruxelles profite de cette Journée internationale du 25 novembre pour enfoncer une énième fois le clou. Des épisodes de websérie qui sortent au compte-goutte d’ici à fin novembre, des outils pédagogiques pour sensibiliser dans les écoles, un numéro d’urgence pour demander de l’aide, etc.

Aussi, les jeunes ne perçoivent pas toujours qu’ils sont responsables de comportements délictueux. Au même titre que les victimes ne se rendent pas forcément compte que ce qui leur arrive n’est pas normal et qu’elles ne doivent pas l’accepter.

Sur le même sujet
Plus d'actualité