Pourquoi il faut vacciner ses enfants contre le papillomavirus

Le programme de vaccination devrait se généraliser dès la rentrée scolaire, tant pour les filles que pour les garçons.

michal-parzuchowski-719202-unsplash

En Belgique, seules 36,1% des jeunes filles francophones sont vaccinées contre le papillomavirus, la faute, entre autres, à une méfiance concernant de possibles effets secondaires. Alors qu’en Flandre, le taux de vaccination atteint 85%. C’est encore trop peu. Le papillomavirus est responsable de nombreux cancer, le vaccin pour l’éviter devrait être généralisé. C’est en tout cas ce que prévoit un texte de loi de Jacques Brotchi (MR) qui doit être voté cet après-midi au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Il faudrait en effet étendre la vaccination à un maximum d’enfants, garçons et filles, avant l’adolescence et les premiers rapports sexuels, car c’est un virus sexuellement transmissible. Il ne suffit que d’un contact, ce qui en fait l’infection la plus répandue. Selon de nombreuses études, le papillomavirus (HPV) est devenu la principale cause de cancer de la gorge et est associé à 5% de tous les cancers dans le monde, y compris ceux qui touchent uniquement les hommes.

Le HPV est lié aux cancers du col de l’utérus, du vagin, de la vulve, du pénis, de l’anus et de la bouche (bouche et gorge), ainsi qu’aux verrues génitales. Chaque jour, plus de 20 Belges sont diagnostiqués avec un cancer de la bouche, leur fréquence a augmenté de 23% au cours de la dernière décennie. C’est l’un des types de cancer les plus fulgurants et son incidence chez les hommes est plus élevée que chez les femmes.

Il est donc prévu d’étendre la gratuité de la vaccination aux garçons : la ministre Alda Greoli a déjà débloqué près de 2 millions d’euros pour assurer les vaccinations dès la rentrée scolaire de 2019. Cette dernière vise les enfants de 9 à 14 ans. Il sera donc administré d’office aux enfants, sauf en cas de refus explicite des parents.

Sur le même sujet
Plus d'actualité