Les Chinois sont là

Automobile, e-commerce, secteur pharmaceutique, chocolat... Chaque semaine, les liens commerciaux rapprochent un peu plus la Belgique de la Chine grâce aux moyens financiers colossaux venus d’Asie. Aujourd'hui, on apprend qu'Alibaba, le géant chinois du commerce en ligne, s'implante à Liège. Va-t-on être croqués par l’Empire du milieu ?

Jack Ma, le CEO d'Alibaba Group © Photonews

Flash-Back. C’était en 2013. Xing Hui et Hao Hao débarquent en avion devant l’ensemble du monde politique belge, tout sourire. Ces deux pandas donneront naissance au petit Tian Bao trois en plus tard. Si on ne peut résumer les liens entre la Chine et la Belgique à cet instamatic, il reste un symbole très fort. Les Chinois font en effet de ce “dépôt temporaire” de panda un signal commercial et économique sans équivoque.

Depuis 2010, l’Empire du milieu a investi 85 millions d’euros en Wallonie, à travers une trentaine de sociétés. “Nos secteurs qui les intéressent le plus sont les biotechs, la fintech, le pharmaceutique et la logistique. Ils cherchent à investir dans de la haute valeur ajoutée”, analyse Bernard Dewit, président de la Chambre de commerce Belgique-Chine. Aujourd’hui, les investisseurs s’installent à Charleroi et à Liège. La venue de la société d’e-commerce Alibaba et de son centre de distribution est en bonne voie : à la clé, la création de 2.000 emplois.

Avec les projets Alibaba et Caterpillar, la Chine montre que notre pays est un centre logistique important qui doit permettre son expansion en Europe.

Si la venue d’Alibaba a été officiellement confirmée aujourd’hui, un autre acteur de la logistique chinoise et de l’e-commerce a déjà créé une filiale belge, 4PX Express BE, selon L’écho. Pour Christian Delcourt, porte-parole de Liège Airport, les liens étroits paient : “Cela fait dix ans que notre directeur commercial est basé là-bas. On travaille en collaboration avec l’Awex et d’autres acteurs. On a semé et récolté pour avoir aujourd’hui entre 8 et 10 vols cargo par semaine sur Liège.” En dehors de ces investissements, deux autres sociétés chinoises du domaine de l’e-commerce seraient sur le point d’arriver. Pour l’ancienne présidente de Liège Airport, aujourd’hui députée au Parlement wallon, Marie-Dominique Simonet, “le projet d’Alibaba doit donner l’envie aux entreprises wallonnes, souvent des PME, de mieux utiliser cet outil qu’est l’e-commerce et de s’investir de manière responsable”.

Avec Alibaba, la plateforme “Tmall Global” compte déjà directement ou indirectement une vingtaine de marques belges dans des secteurs très variés : Colruyt, Lotus Bakeries, Kipling, Leonidas et Godiva ou encore Delvaux. Cela leur rapporte plusieurs millions d’euros. Si Liège s’est engagée dans l’e-commerce et la logistique, à Charleroi, dans le cadre du plan Catch, l’auto électrique s’installera probablement sur l’ancien site de Caterpillar avec Thunder Power, le concurrent chinois de Tesla. 150 millions vont être injectés pour attirer le constructeur et assurer la construction de 55.000 véhicules par an, ainsi que l’embauche de 4.000 personnes d’ici 2025.

Derrière d’autres coups médiatiques retentissants, des dossiers moins connus du grand public se concrétisent en Chine chaque semaine.

Lors de l’annonce, Renaud Witmeur, président du comité de direction de la Sogepa, outil wallon de financement, saluait “une décision ambitieuse.” Le site accueillera un centre administratif et marketing ainsi qu’un centre de production et d’assemblage qui animeront potentiellement un réseau de 200 sous-traitants wallons. “Avec les projets Alibaba et Caterpillar, la Chine montre que notre pays est un centre logistique important qui doit permettre son expansion en Europe”, décode Bernard Dewit.

Mais derrière d’autres coups médiatiques retentissants (transfert de Witsel ou de Carrasco), des dossiers moins connus du grand public se concrétisent en Chine chaque semaine comme celui de la société belge Odoo, spécialisée dans les logiciels de gestion et dont la croissance est spectaculaire. Ses deux patrons, surnommés les Steve Jobs wallons, ont déjà créé 500 emplois.

Le touriste consommateur

De leur côté, des entreprises belges telles que Bekaer, Agfa-Gevaert, Solvay, Umicore et Picanol sont déjà en Chine depuis des décennies. Elles sont prêtes pour les prochaines grandes évolutions comme la route de la soie. En mai 2018, au port d’Anvers, des wagons pas comme les autres entraient en gare. Parti de la ville portuaire de Tangshan, le premier train de la route de la soie est arrivé à la métropole en 16 jours. La Chine est aujourd’hui le troisième plus grand client du port d’Anvers. “La Belgique possède un terminal portuaire important avec Zeebruge et Anvers. Avec les USA qui se referment, sur le plan géopolitique, elle joue un rôle plus important”, commente Bernard Dewit.

Tous ces liens économiques génèrent évidemment leurs lot de déplacements. Quel que soit le moyen de transport. Aux actuels vols directs de Brussels Airlines vers Pékin, depuis dix ans, la société belge de Niky Terzakis, Air Belgium, ajoutait des vols reliant Hong Kong et Charleroi ainsi que trois destinations vers la Chine en septembre dernier. Cette compagnie possède la particularité de vendre à l’intérieur de ses avions des produits belges. Ce nouvel acteur promet à terme la création de 600 emplois : “Des groupes de 50 à 150 chinois arrivent et repartent de Charleroi et dorment au moins une à deux nuits dans la région. L’impact est très bon pour les hôtels et les commerces”, explique Nicolas Boulart, porte-parole d’Air Belgium.

Mais ce développement du tourisme débouche sur des aspects plus surprenants comme la volonté de tourner deux épisodes de la série chinoise Mr Right à l’abbaye d’Aulne près de Charleroi… ou l’obtention fin juin, par les lacs de l’Eau d’Heure au sud de Charleroi du prix international “Charming Lakes” en Chine. Pour les accueillir, la Wallonie a mis sur pied un label “Qualité Chine” pour les acteurs touristiques. Huit villes wallonnes les intéressent : Dinant, Durbuy, Mons, Namur, Liège, Louvain-la-Neuve, Spa et Waterloo. Mais là, un effort reste à faire encore selon Bernard Dewit : “Nous devrions mieux et plus investir dans un véritable développement. On doit miser sur la nature et notre patrimoine architectural. Je sais que les grottes de Han sont sensibles au tourisme chinois, mais il y en a d’autres.”

Mr. Right © ProdMr. Right, la série chinoise dont deux épisodes ont été tournés à l’abbaye d’Aulne près de Charleroi. © Prod

De la bière au cheval de trait

Réputée pour la qualité de ses produits, la Belgique est le 6e pays européen exportateur vers la Chine en 2016. Fin juillet, Pierre Marcolini a d’ailleurs confirmé cet intérêt en annonçant qu’il allait ouvrir trois boutiques à Pékin grâce, notamment, à “Finance.brussels”. Les investissements belges s’y font aussi dans le domaine brassicole avec AB InBev qui vient d’y inaugurer la plus grande brasserie d’Asie-Pacifique. Ces nouvelles ont parfois un impact négatif pour la Belgique comme lorsqu’une partie de la production de Hoegaarden prend la direction de la Chine. Mais difficile de résister à l’attrait d’un marché chinois qui croît de façon exceptionnelle.

L’investissement le plus marquant des Chinois ces dernières années en Belgique a eu lieu en en 2016 à Louvain-la-Neuve avec le China Belgium Technology Center : 200 millions d’euros.

Les Chinois se tournent également vers notre agriculture. Lors de la dernière foire de Libramont, ils ont été attirés par notre cheval de trait ardennais. Plusieurs étalons belges vont être croisés avec des juments locales pour produire un nouveau type de cheval. Une bonne nouvelle, à court terme, pour l’économie du secteur qui a vu les prix des poulains remonter. Notre secteur de la viande les intéresse aussi puisque depuis 2016, des conteneurs de viande porcine y sont expédiés. Les investisseurs de l’Empire du milieu s’installent donc petit à petit partout dans notre économie. On citera par exemple Cosco, un armateur qui est l’une des plus anciennes entreprises chinoises sur notre sol, le géant de l’électronique Huawei (200 emplois à Bruxelles) ou encore le China Investment Corporation (CIC) qui possède des participations dans le Waasland et Wijnegem Shopping Centers. “Les entreprises chinoises doivent justifier auprès de leur gouvernement leurs investissements. Donc, si on prend l’exemple du marché immobilier, ils vont investir dans des hôtels (pour leurs touristes), des maisons de repos mais pas dans des biens qui n’ont pas un rendement intéressant”, concède Bernard Dewit.

L’investissement le plus marquant des Chinois ces dernières années en Belgique a eu lieu en en 2016 à Louvain-la-Neuve avec le China Belgium Technology Center : 200 millions d’euros pour des bureaux, un hôtel de 160 chambres à destination de sociétés chinoises high-tech et d’entreprises belges intéressées par l’exportation. À terme, 1.500 personnes devraient y travailler. Cet investissement va leur permettre notamment de garder un œil sur notre domaine de la santé où ils investissent massivement dans des partenariats avec des entreprises belges des biotechnologies ou du domaine pharmaceutique. Récemment, la société Vésale Pharma a signé un accord qui porte sur la distribution sur le territoire chinois d’un probiotique de leur gamme pédiatrique. Éric Poskin, Corporate & Strategy Director de Vésale Pharma confirme : “L’intérêt croissant de la Chine pour notre savoir-faire débouchera sur de nouveaux contrats”. Autre acteur majeur, la société IBA a signé ces dernières semaines un contrat de 35 et 40 millions d’euros pour l’installation en Chine d’une solution de protonthérapie, le Proteus One. Cet intérêt constant provoque malheureusement d’inévitables dégâts sur notre économie.

Tout le monde se souvient de l’arrivée massive des pavés chinois qui avait provoqué des pertes d’emplois importantes dans nos carrières. Le phénomène se reproduit dans le secteur du bois. Les scieries wallonnes sont aujourd’hui menacées alors que des entreprises chinoises achètent 80 % du bois qui transite chez nous. D’autres secteurs beaucoup plus stratégiques intéressent également les Chinois. Mais en la matière, le gouvernement belge se montre aujourd’hui très vigilant (voire encadré). Hisoire d’équilibrer le yin et le yang, sans doute.

Sur le même sujet
Plus d'actualité