Facebook lance son application de dating au Canada: faut-il en avoir peur?

Le réseau social de Mark Zuckerberg s'engage à trouver notre âme soeur. Voici comment il compte le faire.

mza1mzg1oq

Le bruit court depuis quelques mois : Facebook veut se lancer sur le marché saturé de la rencontre. C’est désormais chose faite, du moins au Canada qui compte 24 millions d’utilisateurs et en Thaïlande. En effet, les célibataires lassés de Tinder et d’Happn y ont désormais la possibilité de trouver leur âme sœur sur le réseau de Mark Zuckerberg. Un lancement « test » qui peut faire polémique, mais qui s’affiche évident pour le géant des réseaux sociaux, qui part d’un constat très simple : ils ont déjà toutes nos données – pourquoi ne pas les utiliser pour aider à obtenir des rendez-vous?

Et là se posent les questions de la confidentialité. En effet, comment Facebook va choisir les infos qu’il décide de mettre en avant ? Peut-il choisir des « matchs » potentiels dans notre liste d’amis ? Dans cette sous-application, les utilisateurs sont obligés de créer un nouveau profil (seuls votre prénom et votre âge seront visibles de ce compte). Le géant est catégorique: elle ne partagera pas votre activité de rencontres avec votre profil « normal » ou sur votre fil d’actualité.

La société a annoncé son intention d’entrer dans l’espace des rencontres amoureuses lors d’une conférence des développeurs qui s’est tenue ce printemps, ce qui a fait plonger en bourse d’autres application de dating comme « Match », c’est dire comme la pression de ce marché est forte. Zuckerberg avait alors annoncé que cette application servirait « à établir de vraies relations à long terme – pas seulement des connexions ». Le 20 septembre, Facebook avait déjà fait un test en lançant sa plateforme exclusivement en Colombie. Voilà qu’il étend son territoire.

Charmaine Hung, directrice du programme Facebook Dating, s’est également exprimée au sujet de ce nouvel aspect du réseau social, promettant que la société est contre la « gamification » des rencontres en ligne. Au contraire de Tinder, pour entrer en communication avec une personne, vous devrez faire défiler l’intégralité du profil d’une personne avant de cliquer sur « Intéressé » ou « Pass ». Facebook Dating emprunte certaines fonctionnalités aux applications déjà existante. Tout comme Tinder et Hinge, les utilisateurs peuvent répondre aux questions fournies par l’application dans le but de donner aux partenaires potentiels un aperçu de leurs intérêts et de leurs goûts. Il est par exemple demandé aux célibataires de « décrire votre journée idéale ». Facebook a déjà démontré sa capacité à être un rien négligent (et c’est un euphémisme) avec nos données. Avec cette fonctionnalité, on lui offre la possibilité d’en apprendre encore plus sur nos vies. Est-ce que ce monde est sérieux?

Sur le même sujet
Plus d'actualité