Exit le PTB, bonjour l’olivier: 4 enseignements sur le second tour électoral

Au premier tour, vous avez la main et vous votez. Au second, vous la perdez et les partis mènent la danse au gré des résultats engrangés et des compatibilités d’humeur et de programme. On fait le point.

29cb78681cd465d854cec91804c61a1c-1487618268

1. Cela urge désormais

Quelques plaintes restent pendantes comme à Brugelette et quelques recomptages sont organisés comme à Wavre. Cela urge désormais. Les nouveaux conseils communaux doivent être installés, avec la prestation de serment des nouveaux élus du 1 au 6 décembre prochain. L’écrasante majorité des coalitions sont désormais formées. La danse au gré des résultats engrangés et des compatibilités d’humeur et de programme s’achève.

2. Exit le PTB

Le diable est dans le détail et le PTB restera le cul sur les bancs de l’opposition partout, au moins côté francophone. Il reste une ultime possibilité pour les communistes de se frotter au pouvoir en Flandre, à Zelzat, qui se situe à côté du port d’Anvers et où sp.a et PTB ont respectivement engrangé 24% des voix chacun. Mais côté francophone, tout a capoté de Molenbeek à Seraing
Le politologue Pascal Delwit (ULB) estime que plusieurs éléments expliquent cette déroute. Pour le PTB, l’exercice du pouvoir n’est ainsi pas un objectif prioritaire. Le parti de Raoul Hedebouw a ainsi déjà annoncé qu’en 2019 il ne comptait en aucun cas monter dans une majorité régionale ou fédérale. “ Le PTB est traversé par une idée de rupture, d’avant et d’après, explique Pascal Delwit. Partout où ils ont négocié, à Liège, Charleroi, Molenbeek, Seraing, ils sont venus avec cette idée. ” Leur grosse volonté est d’augmenter l’offre de logements sociaux. Le PS n’a aucune opposition idéologique à cela mais un problème budgétaire s’est posé. Comment financer cela, au détriment de quel secteur de la vie communale ou moyennant quelles nouvelles taxes. Le PS a estimé qu’il s’agissait là d’une fuite en avant dans l’endettement communal. “ En plus, le PTB a pu être surpris par son propre score comme à Molenbeek et a eu peur. Molenbeek est une commune ultra sensible, scrutée presque par le monde entier. C’était inquiétant pour eux ”, conclut Pascal Delwit.

3. Les cartes sont brouillées

Le nombre d’alliances de l’eau et du feu, du PS et du MR, a diminué, particulièrement dans des villes emblématiques comme à Tournai, Charleroi ou La louvière où l’alliance PS-écolo l’a emporté. Le mariage rouge et bleu s’est toutefois imposé à Verviers et Liège, tout comme à Molenbeek. Ces trois cas frappent les esprits mais restent isolés.
Ce brouillage de cartes vient notamment du fait que les trois grands perdants des élections sont les trois partis dits traditionnels. Le PS a significativement reculé partout, à Charleroi, Liège, Mons, Mouscron mais aussi Aubange ou Arlon. Le MR recule dans toutes les villes et encore plus à Bruxelles. Le cdH s’écroule dans les villes tout en sauvant la mise ici ou là comme à Bastogne. “ Le PS par rapport à 2012 où il se montrait déjà déçu n’est pas rentré dans des majorités significatives. Le MR sort à Charleroi, Seraing, La Louvière, Tournai. Le cdH est devenu anecdotique à Liège, Seraing, Bruxelles Molenbeek. L’élection montre un recul des trois ”, analyse Pascal Delwit.

4. Bonjour l’olivier

Les jeux restent ouverts pour 2019. Il n’y a pas une alliance qui s’est dégagée et montre la voie de ce qui se nouera dans les régions et au fédéral dans six bons mois. Tous les cas de figure ont été établis dans les communes. Tous les partis ont gardé deux fers au feu et a envoyé des messages multiples, à gauche, à droite et au centre. Pascal Delwit pointe toutefois la nouveauté bruxelloise comme étant celle qui pourrait s’imposer le plus logiquement si les résultats se confirmaient : la majorité PS-écolo-Défi qui est montée à la ville de Bruxelles. “ La dynamique la plus claire, c’est l’arrivée d’écolo dans de nombreuses majorités »,  souligne le politologue. C’est très frappant sur Bruxelles, Saint-Gilles, Ixelles, Anderlecht mais aussi côté wallon à Charleroi, Tournai, La Louvière. L’entrée d’écolo est le fait le plus appréciable ”.

Sur le même sujet
Plus d'actualité