États-Unis : ce qu’il faut retenir des midterms

Deux ans après l'élection de Donald Trump, les américains ont plébiscité un congrès à l'image de leur pays : très divisé.

belgaimage-141930691

Après avoir twitté toute la journée pour pousser ses électeurs à voter pour le camp des républicains, Donald Trump s’est fendu d’un message victorieux pointant « Un immense succès ce soir. Merci à tous ! »

Il s’est ensuite gargarisé, citant Ben Stein dans The Capitalist Code sur Twitter : « C’est seulement la cinquième fois au cours des 105 dernières années qu’un président sortant a remporté des sièges au Sénat lors de l’élection des midterms. M. Trump a de la magie en lui. Ce type a de la magie qui sort de ses oreilles. Les républicains sont incroyablement chanceux de l’avoir C’est la magie de Trump. Trump est un homme magique. Incroyable, il a l’ensemble des médias contre lui, qui l’attaque tous les jours, et il gagne quand même.» Pourtant, même si la vague bleue annoncée n’a pas réellement eu lieu, le résultat n’est pas si favorable aux républicains.

 

Si ces derniers ont conservé leur majorité au Sénat, les démocrates ont pris la Chambre des représentants. Les sondeurs avaient pour le coup assez précisément prévu ce résultat, qui modifie l’équilibre du Congrès. En effet, en maintenant le contrôle du Sénat, les républicains gardent la main sur les confirmations des nominations présidentielles à la Cour suprême. Par contre, avec la chambre, les démocrates auront la possibilité de lancer des enquêtes parlementaires et bloquer les budgets.

Avec cette composition, ils peuvent désormais entraver une grande partie du programme du Président à la chambre basse. Au niveau du vote populaire national, les démocrates sont 9 points devant les républicains, soit le plus gros écart depuis 2008, l’année de l’élection d’Obama. Ce qui promet une fin de mandat très mouvementée pour Trump.

Sur le même sujet
Plus d'actualité