Le bilan catastrophique de la guerre au Yémen

Le conflit ne cesse de s’intensifier, malgré les nombreux appels internationaux à l’arrêt des combats.

A malnourished boy lies on a bed at a malnutrition treatment center in Sanaa, Yemen October 7, 2018. © Belga Image / REUTERS
 

Le point final

Le conflit est récemment sorti de l’oubli médiatique suite à la publication par le New York Times de photographies d’enfants squelettiques, victimes de la famine. La petite Amal Hussain dont la photo avait fait la une du quotidien américain est devenue le symbole de la souffrance yéménite. Bien que le blocus aérien et maritime mis en place par la coalition ait été relâché, elle continue d’imposer “des restrictions à l’aide humanitaire et aux importations commerciales de produits de première nécessité”, constate Amnesty International. L’enfant est décédé jeudi dernier dans un camp de réfugiés du pays. Mais plus que le poids des images, le conflit connaîtrait un regain d’intérêt depuis que l’Arabie saoudite (l’un des acteurs majeurs de cette guerre) est sous pression suite à l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Depuis cette affaire, plusieurs pays comme l’Allemagne ont cessé leurs exportations d’armes vers la monarchie islamique.

Cet article est issu de notre magazine papier. Pour plus d’infos qui piquent, rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Sur le même sujet
Plus d'actualité