Faille de sécurité sur Facebook: vérifiez vos données

Les informations personnelles de 30 millions de personnes ont été subtilisées sur Facebook. En faites-vous partie?
 

william-iven-19844-unsplash

Vous faites peut-être partie des millions d’utilisateurs qui ont eu la joie de recevoir un « update » sur Facebook ce matin à propos de l’incident de sécurité qui a eu lieu le 25 septembre. Un petit message à peine alarmiste qui indique que certaines de nos informations personnelles, dont notre date de naissance et notre numéro de téléphone, avaient été subtilisées par un pirate informatique. C’est ce qu’indique le réseau social dans un communiqué « Nous savons à présent que des personnes malveillantes ont utilisé des jetons d’accès pour obtenir un accès non autorisé aux informations provenant d’environ 30 millions de comptes Facebook. »

Parmi ces 30 millions de personne se trouvent de nombreux Belges. Pour savoir si vos données font partie de celles qui ont été piratées, il existe deux options : la première, c’est de cliquer à cette adresse. La deuxième, est assez simple, si vous avez soudainement dû reconnecter votre compte Facebook à tous vos appareils il y a une paire de semaines, c’est que vous avez été potentiellement « volés ». De fait, il est fort probable que ces « personnes non-autorisées » disposent désormais de vos dernières recherches, mais aussi de votre âge, de votre situation amoureuse, de votre mail et des « dix derniers endroits dans lesquels vous avez indiqué votre présence ou été identifié » comme précise Facebook.

La bonne nouvelle, c’est que des informations aussi importantes que les mots de passe et les numéros de cartes de banques, n’ont pas été subtilisés. Il n’est donc pas nécessaire de changer vos identifiants, puisque les pirates ont utilisés une sorte de « clef universelle » (le fameux token) pour accéder aux comptes. « Bien que nous ne sachions pas si les personnes malveillantes utiliseront les informations auxquelles elles ont accédé, elles ou d’autres tiers peuvent les exploiter pour créer et diffuser des courriers indésirables sur Facebook et ailleurs. »

Sur le même sujet
Plus d'actualité