40% des hôpitaux en déficit : l’inquiétude

Pour la deuxième année consécutive, les frais de personnel (+3,7%) connaissent une progression plus élevée que le chiffre d'affaires (+2,7%). En 2017, on comptait 20% d'hôpitaux en difficulté en plus qu'en 2016.

belgaimage-17992778-full

Lorsqu’on franchit la porte d’un hôpital en cas d’urgence -ou pas- la qualité des soins et des médecins est la priorité du patient et de sa famille. Ils rarement s’interrogent sur la santé financière de l’institution. Dans les couloirs, ils voient des infirmières, des médecins, des services généraux qui s’affairent à la bonne tenue quotidienne des soins. Aujourd’hui, l’emploi direct dans le secteur des hôpitaux généraux représente près de 95.000 ETP. Ce chiffre ne reprend pas les médecins indépendants, car ils ne figurent pas au payroll des hôpitaux généraux.

Derrière cette image de sueurs, la santé financière des hôpitaux inquiète. Depuis 24 ans, Belfius analyse les budgets des hôpitaux au travers de l’étude Maha. Celle de cette année 2018 fait peur même si les hôpitaux généraux continuent à investir près de 1,5 milliards. Aujourd’hui, le rapport dévoile qu’ il y a « 20% des hôpitaux en plus dans le rouge en 2017 comparé à 2016. » Concrètement, on compte aujourd’hui 39 hôpitaux avec des résultats courant négatifs et 19 hôpitaux en perte. Pour les analystes de Belfius, cette situation « aura un impact à long terme et cela peut inquiéter sur la capacité future d’emprunt des hôpitaux pour leur travaux d’infrastructures. »

hôpitaux, maha, santé, belfius, wallonie, flandre

L’hôpital évolue

L’un des premiers éléments qui pose question, c’est que pour la deuxième année consécutive les frais de personnel connaissent une progression plus élevée que le chiffre d’affaires. Ce n’est jamais bon signe. Pourtant, le nombre d’admissions hors hospitalisation de jour chirurgical ne cesse d’augmenter. Par ailleurs, avec les dernières mesures misent en place par la ministre fédérale de la santé (réduction du temps en maternité….) les durées moyennes de séjour se réduisent. Tout cela amène l’hôpital à se transformer en fonction des nouvelles réalités de santé publique. A titre d’exemple, au cours de ces dernières années, le secteur a procédé à la reconversion de lits de chirurgie en faveur de lits de gériatrie.hôpitaux, santé, chiffre, étude, maha, belfius

La Flandre devant la Wallonie

Pour les rapporteurs de l’étude Maha, « la fragilité financière croissante du secteur interpelle quant à sa capacité, du moins pour un nombre élevé d’institutions, à pouvoir affronter ces défis avec succès. » Les récentes réforme de l’Etat et les réductions de coût dans les soins de santé ne vont pas aider les hôpitaux à l’avenir comme le rappelle Dieter Goemaere de l’association GIBBIS, le représentant du secteur privé associatif des institutions de soins à Bruxelles : « Arrêtons de presser le citron. » Un avis partagé par Pierre Smiets, directeur générale de l’UNESSA, l’union en soins de santé, qui veille sur la santé des hôpitaux wallons: « La situation est plus délicate en Wallonie. De nombreux investissements vont devoir avoir lieu et surtout nous allons devoir avancer vraiment sur le rapprochement des hôpitaux publics et privés. La Flandre a rééllement de l’avance à ce niveau. » Si les différentes parties, à Bruxelles et en Wallonie, ne profitent pas de l’espace politique entre les éléctions communales et les élections régionales pour avancer durablement au niveau francophone sur ce dossier….la Wallonie sera encore un peu plus à la traîne dans un an !

Sur le même sujet
Plus d'actualité