Collision entre deux bateaux au large de la Corse: risque-t-on une nouvelle marée noire ?

La désincarcération des deux navires s'annonce très délicate.

belgaimage-140890009

La tache noire s’étend sur plusieurs dizaines de kilomètres, épaisse et visqueuse. Elle avance dans la mer, disloquée par le vent à certains endroits, à proximité du Parc naturel marin du Cap Corse et de l’Agriate. La cause de cette catastrophe? Dimanche matin, deux bateaux sont entrés en collision au nord-ouest du Cap Corse : un navire roulier tunisien nommé « Ulysse » et un porte-conteneurs chypriote.

Le choc est impressionnant, les deux bateaux sont imbriqués l’un dans l’autre, à angle droit.Le président nationaliste du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni s’est dit sur Twitter, déterminé à « comprendre les raisons de l’accident et établir les responsabilités », et a appelé à la « vigilance absolue en termes d’éventuelle pollution ». La quantité de fuel qui s’est déversé dans la Méditerranée est évaluée par la préfecture maritime de 40 à 200 m3.

Belga Image

Mais comment est-il possible qu’un énorme porte-conteneurs à l’arrêt soit percuté, au lever du jour par temps calme, par un cargo appartenant à une compagnie réputée ? La question est légitime. Le ministre français de l’Environnement, François de Rugy a dénoncé le « comportement anormal du navire Tunisien. Il y a presque dix mètres de la proue du navire roulier qui est venu s’encastrer dans la coque du porte-conteneur ». Le navire roulier venait de Gênes, en Italie, pour se rendre à Tunis. « Il allait peut-être trop vite par rapport à sa capacité de réaction » a expliqué une source proche du dossier à l’AFP.

Le Plan Polmar a directement été lancé pour éviter une marée noire et une nouvelle catastrophe naturelle. Depuis le choc, sept navires français et italien se relaient pour essayer de pomper le fuel. Le hic, c’est que les autorités n’ont pas encore réussi à désincarcérer les deux bateaux pour le moment, et ce malgré le fait que le roulier Ulysse ait été tracté en arrière. L’objectif, évidemment, est qu’il y ait le moins de fuites de carburant possible, malgré une manœuvre extrêmement délicate.

Sur le même sujet
Plus d'actualité