10 choses à savoir sur Remco Evenepoel

À 19 ans et après six mois seulement dans le peloton professionnel, le nouveau prodige du cyclisme belge - et mondial - a remporté sa première course par étapes avec le Tour de Belgique.

10 choses à savoir sur Remco Evenepoel

1. Qui est Remco Evenepoel ? 

Fils d’Anja et Patrick, un ancien cycliste professionnel qui a gagné le GP de Wallonie en 1993, il dévore la vie depuis sa naissance le 25 janvier 2000. Très endurant, il vit à Schepdaal, dans la commune de Dilbeek.

2. Frank Vandenbroucke

Depuis qu’il a posé ses pieds sur les pédales et qu’il a rangé son ballon de foot, il est comparé au dernier grand talent belge. Remco sait que la vie peut être courte. Il se souvient d’un autre jeune belge qui a perdu la vie, Igor Decraene, champion du monde en 2013. Il est décédé avant de connaître un « grand public » en 2014, percuté par un train. Il lui a dédié sa victoire en devenant champion du monde du contre-la-montre chez les juniors en septembre dernier.

3. Le « Cannibale de Schepdaal »

Son propos est sans détour: « Je suis moi et pas Merckx » Il n’entend pas prétendre à être un nouveau cannibale….même s’il gagne course après course. D’Eddy Merckx, il possède la même mentalité : un leader-né, capitaine reconnu déjà au foot. Il connaît son corps et s’entraîne sans relâche. Ce dernier avoue même : « Remco deviendra peut-être meilleur que moi.« 

4. Méticuleux et perfectionniste

Pour lui chaque détail compte : son alimentation, les exercices supplémentaires, son sommeil…. L’hiver 2017-2018, il a par exemple travaillé sa position sur le vélo pour être encore meilleur dans les contre-la-montre. Il connaît aussi les limites de son succès : « Je sais qu’on m’attend désormais au tournant« . Il compte toutefois rester lui-même et s’offrir exceptionnellement un hamburger avec des amis.

5. Capitaine de l’équipe nationale de foot

Avant de quitter le foot, Remco y collectionnait aussi les honneurs avec notamment le brassard de capitaine des Diablotins au foot et celui d’Anderlecht. Il a aussi joué au PSV et à Malines. Il y était connu pour être infatigable sur le terrain et avoir d’excellents résultats de résistance à l’effort.

6. Le vélo à la TV

Même s’il a toujours roulé à vélo et en VTT, il n’avait pas décidé d’en faire un métier. Il prenait juste le temps de regarder les courses à la télévision. Maintenant, il doit même composer avec des clubs de supporters : Les « R.EV » en majuscules qui le suivent dans ses courses aux quatre coins de l’Europe.

7. Il chante la brabançonne

Comme au football lorsqu’il jouait avec l’équipe nationale, il entonne la Brabançonne en néerlandais. Il est très fier, et ne s’en cache pas, de représenter son pays.

8. Professionnel chez Quick Step

Cette addition de succès a attiré inévitablement les regards des grandes équipes comme Sky, Mitchelton, Quick Step… À moins de 19 ans, il a choisi de ne pas trop s’écarter de sa famille, en restant en Belgique et en signant chez Quick Step qui lui a promis d’être patient et de lui donner le temps d’apprendre. Pari payant.

9. Maturité étonnante

Ce Tour de Belgique remporté ne lui offrait pas la plus grande concurrence possible. Mais se comporter en patron comme il l’a fait toute la semaine face aux attaques de Victor Campenaerts et Tim Wellens (photo ci-dessous), entre autres, c’est impressionnant à 19 ans seulement.

10. Ses plus grands rêves 

Il ne cache pas ses grandes ambitions : il entend gagner les trois Grands Tours : le Giro, le Tour et la Vuelta. Il reste évidemment également intéressé par les classiques, terrains habituels des succès belges.

Belga Images

Sur le même sujet
Plus d'actualité