Le visage du modèle qui aurait servi à «L’Origine du Monde» vient d’être révélé

Il s'agit de Mademoiselle Constance Quéniaux, qui est « à l'origine » de l'un des nus les plus célèbres du monde.

7902138_47ef8fd6-c0c6-11e8-bfc0-d34ee9c61331-1_1000x625

C’est l’une des femmes les plus connues du monde, pourtant si l’on a tous en tête son intimité, son visage et son nom viennent seulement d’être révélés. Il s’agit de Constance Quéniaux, 34 ans en 1866, « Une danseuse de second ordre et sans doute une excellente demi mondaine .» C’est ainsi que la décrit Claude Schopp, le chercheur à l’origine de la découverte de l’identité du modèle qu’a utilisé Gustave Courbet pour peindre son fameux tableau « L’Origine du Monde ».

L’Origine du Monde de Gustave Courbet

Lauréat du Goncourt de la biographie en 2017, Claude Schopp est tombé fortuitement sur ce portrait… Et annotant la correspondance entre Dumas fils et George Sand. Il décrypte les coulisses de cette trouvaille étonnante à France Info « Une correspondance immense puisqu’ils avaient des liens quasi familiaux. Et dans une des lettres de 1871, juste après la guerre de 1870, je découvre que Dumas fils tempête contre Courbet qui venait de faire tomber la colonne Vendôme entre autres. On l’accuse de tous les maux, notamment à propos d’un tableau que Dumas fils décrit : ce nu aujourd’hui célèbre mais qui était un nu secret. En ce temps là, le propriétaire le montrait très peu. Il n’est apparu véritablement qu’à partir du moment où il a été donné par dation au musée d’Orsay dans l’héritage de Lacan. »

Il ajoute, encore ému par sa découverte « J’étais donc en train d’annoter et je me suis dit : mais ce qu’il décrit c’est « L’Origine du monde » ! C’est « L’Origine du monde » ! J’étais un petit peu sonné. Je me suis dit : voilà, je ne cherche pas, et je trouve ! Alors que j’ai passé ma vie à chercher et souvent sans trouver. » Une découverte qui fait écho au récent livre de Thierry Froger, « Les Nuits d’Ava », qui tente justement de retrouver le modèle qui a servi à ce tableau. L’actrice Ava Gardner, qui s’ennuie sur le tournage de « la Maja nue » en 1958, propose alors au chef opérateur du film de reproduire le mythique tableau de Courbet, « L’Origine du Monde ». La vérité est tout aussi rocambolesque, puisque Mademoiselle Quéniaux, qui était danseuse à l’Opéra s’est finalement reconvertie dans la philanthropie. C’est ce que raconte Schopp dans l’ouvrage « L’origine du Monde, vie du modèle » qui sortira la semaine prochaine.

Plus d'actualité