Smokitten : le jeu sur smartphone pour arrêter de fumer

Smok pour "smoke" (fumer), kitten pour "kitty" (chaton), ce jeu vidéo français prétend pouvoir aider les fumeurs à abandonner cette (très) mauvaise habitude.

Cigarettes © Patrick Brinksma / Unsplash

Vous faire arrêter de fumer grâce à un petit chaton virtuel et une communauté en ligne, voilà le défi que s’est lancé DOWiNO, studio de création lyonnais spécialisé dans la conception de serious games, ces jeux aux intentions « sérieuses », mais qui utilisent des moyens « ludiques ». Selon les concepteurs de Smokitten, son game design (c’est-à-dire le processus de création du jeu et de mise au point des règles) « s’appuie sur une approche scientifique des mécanismes du sevrage tabagique », en partenariat avec « des experts reconnus dans ce domaine ». En effet, la firme a pu bénéficier de l’aide du Centre Hygée, la plateforme de santé publique du Cancéropôle Lyon Auvergne-Rhône-Alpes composée de psychologues, tabacologues et cancérologues.

Comment ça marche ?

Disponible sur iPhone et Android, Smokitten se présente sous la simple forme d’un jeu smartphone. Après s’être inscrit, on crée son avatar (nom et couleur du petit chat) et on accède ensuite au jeu. Le félin est en fait une métaphore du joueur : lui aussi aimerait arrêter de fumer. Pour ce faire, il s’est isolé sur une île déserte (vous pouvez aussi essayer si ça vous tente) où plusieurs mini-jeux se débloquent en fonction de sa progression (et donc de la vôtre) : yoga, boxe, pêche, musique, etc.

© SmokittenLe héros de Smokitten © Smokitten

Dans un dashboard personnalisé, le joueur peut consulter sa progression et se rendre compte de ses progrès : nombre de cigarettes non fumées, argent économisé, etc. Lorsqu’on sait qu’un fumeur moyen dépense environ 120 euros par mois, soit 1 440 euros par an, les économies valent l’effort effectué. Enfin, un décompte de 222 jours laisse présager une surprise pour l’utilisateur à l’issue du jeu.

La communauté Smokitten

Jouer seul dans son coin n’était pas suffisant pour les concepteurs du jeu qui accordent une grande importance au soutien moral que peut apporter l’entourage au futur non-fumeur. « Smokitten permet (à l’utilisateur, NDLR.) de compter sur un réseau social que l’on sait en mesure de se mobiliser. Il rassemble ainsi toutes les caractéristiques recherchées dans un objectif de changement de comportement », explique le professeur Franck Chauvin, directeur du Centre Hygée et Président du Haut Conseil de la Santé Publique.

En appuyant sur le bouton HELP de l’application, le joueur envoie une notification à son entourage (à ceux qui sont inscrits sur l’appli bien sûr), qui peut lui envoyer un petit message personnel de soutien. Il peut aussi étoffer son réseau avec les autres membres de l’application ou les joueurs de Smokitten Park, la version du jeu spécial pré-ados.

Un enjeu important

Si un tel jeu s’est créé, c’est que le besoin est là. Dans le monde le tabac tue environ 7 millions de personnes par an dont 890.000 sont des non-fumeurs exposés au tabagisme passif. Chez nous, le gouvernement a récemment décider d’instaurer le paquet neutre pour les cigarettes et le tabac à rouler. On ne connaît pas encore la date d’entrée en vigueur de cette mesure.

Au niveau écologique, les ravages de l’industrie du tabac sont également importants. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que 10 des 15 milliards de cigarettes vendues chaque jour (!) sont jetées dans l’environnement, « alors même qu’elles ne sont pas biodégradables et mettent cinq ans à disparaitre ». La composition de ces mégots est problématique : ils contiennent « plus de 7.000 substances dangereuses qui finissent parfois directement dans les sols ou les cours d’eau ». Après la santé, voilà une deuxième bonne raison d’arrêter de fumer.

Plus d'actualité