Le directeur du design d’Ikea révèle le plus gros flop de la marque de meubles en kit

Ça aurait pu être l'idée du siècle. Pourtant, la commercialisation de ce meuble a été l'un des plus gros fiasco de l'enseigne suédoise.

belgaimage-130579936-full

A l’occasion du Democratic Design Days qui se tenait à Sydney -un événement où la marque suédoise dévoile ses innovations et ses nouvelles collaborations- le directeur du design d’Ikea, Marcus Engman, est revenu sur l’un des pires fiasco de la marque : le A.I.R. Sofa. Un meuble qui aurait pu faire partie des grands succès de la marque comme les étagères BILLY, puisqu’il remplissait tous les critères du géant suédois. Soit la forme, la fonction, la qualité, la résistance et le faible coût de production.

Marcus Engman se souvient très bien du jour où l’idée du A.I.R. Sofa a germé dans l’esprit de l’équipe design, dans les années 80. « C’est l’un de ces moments où on se dit « Eurêka » : vous êtes tous assis autour d’une table et vous sentez instantanément que cela pourrait être la meilleure idée qu’Ikea n’ait jamais eue. Quoi de mieux et de plus simple à vendre qu’un canapé gonflable ? »

Pratique pour le ménage, mais pas pour la vie quotidienne.

Si sur le papier, l’idée semblait géniale, elle s’est vite révélée catastrophique dans la pratique. « Il fallait remplir le canapé d’air à l’aide d’un sèche-cheveux, c’était le côté facile, car nous partions du principe que presque toutes les maisons du monde avaient des sèche-cheveux. Il suffisait ensuite de le recouvrir d’une housse. » a déclaré M. Engman. Il fallait évidemment le gonfler à l’aide du mode « air froid », sauf que ce n’était pas précisé sur la notice. Les acheteurs ont donc simplement utilisé leur sèche-cheveux sur le mode chaud, et le plastique au contact de l’air chaud… ça fond.

Recouvert d’une housse, le a.i.r sofa se gonflait à l’aide d’un sèche-cheveux.

Autre problème de taille, un sofa très léger, c’est pratique pour aspirer en dessous en le soulevant d’une main, mais beaucoup moins pour s’installer confortablement. «Nous n’avions pas envisagé qu’être assis sur quelque chose de si léger est forcément instable : le fauteuil bouge constamment. Pour résumer, vous étiez littéralement en train de flotter dans votre salon», ajoute Marcus Engman «Et il y avait ce bruit grinçant horripilant; chaque fois que vous bougiez, vous pouviez l’entendre.»

Le chef de la direction d’Ikea ​​Australia, Jan Gardberg, partage le point de vue de cet échec épique: «Nous avions commandé beaucoup de sofas… Et ensuite nous avons dû les écouler en les bradants. On a perdu beaucoup d’argent avec ce produit.»

Sur le même sujet
Plus d'actualité